A Nous De Voir : Festival Cinéma & Sciences

anousdevoir2013Du 21 novembre au 1er décembre 2013 aura lieu la 27ème édition du Festival « A nous de voir ».

Bémol : c’est dans la région lyonnaise, donc un peu loin pour nous. Mais le programme est comme toujours très riche, et pas exclusivement scientifique.

Petite sélection subjective :

Sciences :

  • The End of Time, de Peter Meitler, 22 novembre à 20h45
  • Le Mystère de la Matière Noire, 23 novembre à 20h30
  • Les Maths selon Poincaré, 27 novembre à 20h30
  • Le Big Bang, mes ancêtres et moi, 28 novembre à 20h30
  • Série de court-métrages scientifiques le samedi 30 novembre

Histoire et Géographie :

  • Le Thé ou l’électricité est l’histoire épique de l’arrivée de l’électricité dans un village isolé et enclavé au coeur du Haut Atlas marocain : soirée d’ouverture, 21 novembre à 20h30
  • Mémoire et archives : que peut le cinéma ? 22 novembre à 10h
  • Délivrer les récits, de l’Indochine à l’Algérie, samedi 23 novembre à 14h30
  • Tunisie, vers un nouveau printemps ? samedi 23 novembre à 20h45
  • De Hollywood à Nuremberg, dimanche 1er décembre à 11h
  • Chine, le nouvel empire, dimanche 1er décembre à 14h

Développement durable :

  • Les abeilles, piliers de la bio-diversité : dimanche 24 novembre à 17h
  • Welcome to Fukushima, 26 novembre à 20h30
  • Gaz de schiste ? vendredi 22 novembre à 20h
  • Le retour à la terre, samedi 30 novembre à 14h15

Arts :

Journée « De la lanterne magique au cinéma numérique », vendredi 22 novembre

Nuit de la science-fiction le 30 novembre au soir, dont le thème est comme chaque année passionnant :

Le cinéma est depuis son invention un médium pour rester en contact avec les morts parce qu’il immortalise ce qui a été. Comment les nouvelles technologies modifieront-elles nos rapports avec ceux qui ne sont plus ? Les jeux vidéo, les réseaux sociaux, la robotique ou le clonage sont autant de dispositifs réels ou fictionnels qui permettent aux morts de garder une certaine épaisseur dans le monde. Ils s’y redéployent alors à travers différents modes d’existences allant parfois jusqu’à revenir à la vie.

Vous pouvez bien sûr télécharger le programme complet.

Et/ou regarder le teaser du Festival sur YouTube.

Informations pratiques : 04 72 39 74 93, festival@anousdevoir.com
Billetterie 30 min avant la séance
Au Théâtre de la Renaissance 7 rue Orsel – 69600 OULLINS

Participation libre sur toutes les séances. (« Participer, c’est soutenir le festival mais c’est aussi se sentir concerné par un évènement citoyen. »)
Nuit de la Science-Fiction : 6 euros, petit déjeuner offert

Diderot, Encore et Toujours

diderotml Si certains l’ont oublié, il s’agit de l’année Diderot.

L’écrivain, philosophe, encyclopédiste, critique d’art et même scientifique est à l’honneur ce mois-ci dans un grand dossier du Magazine Littéraire.

Vous pouvez également retrouver tous les événements de la région liés à cette commémoration en cliquant sur le tag « Diderot » du blog culture.

Recommandé pour tous ! En particulier en liaison avec les programmes de français de seconde (argumentation au XVIIIème) et de première (question de l’homme), mais aussi en philosophie.

Cinq Spectacles à Voir Pendant les Vacances de Toussaint

Pour tous ceux qui restent dans la région pendant ces vacances, voici cinq pièces que nous avons recommandées à la lecture des programmes et vous invitons à aller voir :

  • La Dame de la Mer (Henrik Ibsen/Omar Porras), au Théâtre de Carouge, du vendredi 18 octobre au jeudi 7 novembre 2013
  • Pompée et Sophonisbe (Corneille/Brigitte Jaques-Wajeman) Comédie de Genève, du 29 octobre au 2 novembre 
  • Une Saison au Congo (Aimé Césaire/Christian Schiaretti), TNP de Villeurbanne, du mercredi 16 au vendredi 25 octobre 2013

Les Utopies à Plainpalais

Place de la cité végétale / © Luc Schuiten

Place de la cité végétale / © Luc Schuiten

Du 8 au 13 octobre 2013 à Genève, le festival littéraire la Fureur de lire explore l’utopie sous toutes ses facettes : du genre littéraire à l’architecture, en passant par l’histoire, l’art, la musique et les initiatives citoyennes. Organisée tous les deux ans par le Département de la culture et du sport de la Ville de Genève, la Fureur de lire revient dans le quartier de Plainpalais et sa Maison communale, lieu central de la manifestation.
De la soirée d’ouverture en compagnie du célèbre écrivain américain Russell Banks à celle de clôture du festival avec une lecture par Isabelle Huppert de textes de Sade, ce ne sont pas moins de 35 invité-e-s qui sont convié-e-s à cette Fureur utopique.

Il est très difficile de choisir dans un programme très riche que vous pouvez consulter sur le site officiel de la manifestation.

Pour tous :

  • De très alléchantes expositions, « Utopies d’hier et d’aujourd’hui : de Thomas More à Luc Schuiten », « Cités idéales, villes utopiques », « 999 au carré », « Bilal & Druillet »… de quoi aborder l’utopie par tous ses angles, littérature, philosophie, bande dessinée, géographie, architecture, mathématiques…
  • Abderrahmane Bekiekh, enseignant à Cinecursus, propose une analyse cinématographique du film Bienvenue à Gattaca. Cette analyse de l’image et du contenu a pour but de mettre en évidence la dimension dystopique, ou contre-utopique, du premier film d’Andrew Niccol. Vendredi 11 octobre à 12h30 à la Bibliothèque des Minoteries.

J’ai projeté Bienvenue à Gattaca à mes Premières S les deux dernières années, autant dire que je le recommande chaudement.

Pour les littéraires :

  • Nombreux événements autour de Russell Banks qui prononcera une conférence inaugurale le mardi 8 à 18h30.  « Frédéric Landenberg, comédien et réalisateur, propose ensuite (à 22h) en lecture Pourfendeur de nuages, son coup de coeur pour ce chef d’œuvre de la littérature américaine, sa «rencontre» littéraire avec cet auteur et son envie de les partager. »
  • Brunch musical et lecture de textes utopiques le dimanche 13 octobre (11-13h)
  • Conférence sur « Les voyages imaginaires dans la littérature » le mercredi 9 octobre à 12h30, Bibliothèque de la Cité.

Pour les historiens-géographes et BTS Tourisme :

  • Elisée Reclus, géographe devant le monde, les vendredi 11 et samedi 12 octobre à la Maison communale de Plainpalais :

    Dans sa volonté de comprendre le monde de façon renouvelée et de dessiner avec exactitude les contours d’une Terre commune à tous, le géographe et anarchiste Elisée Reclus (1830-1905) va imaginer
    un au-delà à la cartographie. C’est en sa compagnie que chacun-e pourra découvrir et expérimenter les coordonnées de cette utopie. Lecture mise en espace et en images par Jean-Louis Johannides de la Compagnie En déroute et Laurent Valdès, en collaboration avec des géographes de l’Université de Genève, Alexandre Gillet et Federico Ferretti.

  • Balade cyclolittéraire qui ambitionne de  tisser des liens entre utopie, littérature et la cité de Calvin ! De l’île Rousseau à l’immeuble Clarté de Le Corbusier en passant par le Grand-Théâtre, le quartier de Saint-Jean ou encore le Musée d’histoire des sciences, de multiples facettes de l’utopie seront contées, le dimanche 13 octobre de 11 à 13 heures

Pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux :

  • Intrigant :

Dans la cour de la Maison communale de Plainpalais, des affiches géantes et des lettres monumentales racontent des équipées sauvages − et néanmoins urbaines−, fruit de l’imagination d’une mystérieuse Société secrète d’Explorateurs municipaux. Autant d’aventures mises en texte par le collectif danois Parfyme et leurs amis (vous ?). Ces textes imposantvoisinent avec un labyrinthe fait de mobilier urbain, en constante évolution grâce au public (encore vous ?). Difficile de visualiser ce «work in progress» ? C’est normal. C’est une utopie. Participative, bien entendu !

  • Audacieux : Une lecture par Isabelle Huppert de textes de Sade choisis et mis en scène par Raphaël Enthoven ? Seulement à partir de la Terminale, je crains. Dimanche 13 octobre à la Maison communale de Plainpalais.
Enfin, pour ceux d’entre vous qui voudraient compléter leurs connaissances sur l’utopie et ne connaissent pas déjà cette ressource, je recommande la très complète exposition virtuelle de la BNF à ce sujet.