Saison 2015-2016 : Genève et Annemasse

comedie_cassandreA nouveau, je profite de cet article pour remercier les responsables de ces théâtres, qui ont tous accepté de se déplacer pour nous présenter leurs nouvelles saisons.

A Châteaurouge (Annemasse), nous serons nombreux à nous enthousiasmer pour Les Fourberies de Scapin  en novembre, ou Combats de nègre et de chiens, de Koltès, en février. Mais de nombreux spectacles innovants, notamment autour du « nouveau cirque », sont également très tentants (par exemple Les Pantins en mai), ainsi que Cœur d’acier, une pièce inspirée par la fermeture des hauts-fourneaux de Florange. On y verra encore une adaptation du Prince de Machiavel : idéal pour les premières L qui travailleront sur Renaissance et humanisme, ou pour les candidats à SciencePo, toujours nombreux au lycée.

Nous signalons également le 14 octobre la venue du Avishaï Cohen Trio (au programme de l’Option Musique de Terminale l’an prochain.)

A la Comédie de Genève, on pourra voir une adaptation théâtrale de la sublime Cassandre de Christa Wolf dès septembre : je ne suis pas objective, ayant travaillé sur cette œuvre pour mon mémoire de Master, mais c’est idéal pour réfléchir sur les réécritures en Première L. Puis, jugez du peu, une version du Voyage au bout de la nuit de Céline en octobre, Lorenzaccio, le chef d’œuvre de Musset, en novembre, l’Epître aux jeunes acteurs, d’Olivier Py, en janvier-février, et bien d’autres. Nous sommes aussi très intéressés par Mission, un spectacle bouleversant sur le quotidien d’un missionnaire belge en poste au Congo.

Au théâtre de Carouge, je me réjouis d’assister aux Acteurs de Bonne Foi de Marivaux et à Shake, où Dan Jemmett adapte La Nuit des Rois de Shakespeare. Mais on y verra aussi du Pirandello, du Feydeau, et à un spectacle sur la Toute-puissance de la poésie, d’après la correspondance de Gustave Roud, Maurice Chappaz et Philippe Jaccottet.

Enfin, au Forum Meyrin, nous pourrons voir une adaptation du Birdy de William Wharton, Une histoire d’A qui propose un regard neuf sur l’Andromaque de Racine, Monsieur de Pourceaugnac, de Molière et Lully (car il y a eu des comédies musicales avant Cats), Platonov, de Tchekhov, et Figaro divorce, une réinterprétation du Mariage de Figaro de Beaumarchais par l’auteur hongrois Ödön von Horvath.

Saison 2015-2016 : le Grand Théâtre

forzadeldestinoComme chaque année, le premier programme à nous parvenir est celui du Grand Théâtre, l’opéra de Genève. A partir de février 2016, du fait des rénovations du bâtiment, les spectacles auront lieu dans un beau théâtre temporaire, l’Opéra des Nations.

Cette saison 2015-2016 est très alléchante et même pour les élèves non-musiciens, elle permet de nombreuses approches plus… scolaires.

Pour parler de comédie, au collège ou en seconde :

Le Médecin malgré lui, de Molière, adapté en opéra-comique par Gounod (en avril 2016)

Pour parler du romantisme, en seconde :

la version concert de l’Ernani de Verdi, adapté de la célèbre pièce de Victor Hugo (attention, le 31 août !), le Guillaume Tell de Rossini inspiré de la pièce de Schiller (en septembre 2015), La Forza del destino, toujours de Verdi, adapté d’un drame romantique espagnol

Pour travailler les réécritures en première L (ou les lettres classiques !)

deux traitements très différents de la guerre de Troie, celle, satirique et joyeuse, d’Offenbach dans La Belle Hélène, et celle, dramatique, voire tragique, des Troyens, adaptation de l’Enéide par Berlioz (en octobre 2015).

Eventuellement aussi Barbe-Neige et les sept petits cochons au bois dormant qui s’annonce comme une réjouissante et iconoclaste relecture des contes de fées (en avril 2016)

Pour écouter du Shakespeare, l’adaptation du Midsummer Night’s Dream (Le Songe d’une nuit d’été) par Benjamin Britten, en novembre 2015

Bien sûr, on peut aussi y écouter de l’allemand avec la célébrissime Zauberflöte (Flûte Enchantée) en décembre 2015 et de l’italien (les opéras de Verdi et Rossini), voire croiser deux langues et deux cultures avec le Falstaff de Verdi inspiré des Joyeuses Commères de Windsor de Shakespeare (en juin 2016).

Je rappelle que tous les opéras sont joués dans leur langue d’origine et surtitres (comme au cinéma).

Tolkien Reading Day 2015 : le Bilan

banniereC’est fait !

Avec des hauts et des bas, voici comment s’est déroulée la célébration du Tolkien Reading Day au Lycée International. Cet article sera complété au fur et à mesure que je recevrai des photos et vidéos de la journée.

La magnifique bannière de Diane a été très appréciée.

Plusieurs élèves sont venus en costumes (des photos suivront).

Seules deux des heures de lecture prévues ont eu lieu, faute de public. Solène et Zacharie ont lu des extraits du Seigneur des Anneaux. Zacharie avait  choisi la scène de l’affrontement avec le Balrog et Solène celle où Sam libère Frodon des prisons orques du Mordor. J’ai lu l’Histoire de Beren et Luthien telle qu’elle apparaît dans le Silmarillion : une histoire d’amour avant tout, mais où les sacrifices de Finrod Felagund et de Huan sont des formes d’amitié.

Quelques minutes de ma lecture (qui a duré une heure) : Beren et Luthien

Enfin et musicienssurtout, les élèves de Terminale Option Musique ont interprété une magnifique version de « Far Over the Misty Mountains Cold ».

Vous pouvez déjà l’écouter ici (enregistré au smartphone), une vidéo s’y substituera sans doute :

Far Over the Misty Mountains Cold

Je leur dis ici merci, comme je n’ai pas eu le temps de le faire ce midi, avec les mots de Dumbledore qui me sont venus tout de suite à l’esprit : « Ah, la musique, elle est plus magique que tout ce que nous pourrons jamais faire dans cette école. »

Et pour le reste, ceux de Puck à la fin du Songe d’une Nuit d’Eté de Shakespeare :

« Oui, foi d’honnête Puck,  / si nous avons la chance imméritée / d’échapper aujourd’hui au sifflet du serpent, / nous ferons mieux avant longtemps ; / ou tenez Puck pour un menteur. »

A l’an prochain ?

Tolkien Reading Day

Le mercredi 25 mars sera célébré au Lycée International le Tolkien Reading Day (jour de lecture de Tolkien, l’auteur, entre autres du Hobbit et du Seigneur des Anneaux.)

Le thème choisi par la Tolkien Society pour 2015 est l’amitié.

Des panneaux d’exposition présenteront l’œuvre de Tolkien dans le hall d’entrée. Des citations apparaîtront dans les couloirs.

Lectures à haute voix : dès 8h et toute la journée de cours en salle de conférences. Venez quand vous pouvez et écoutez les mots de Tolkien.

Démonstration de combat médiéval avec des armes de simulation : entre 9 et 10 heures, dans la cour près de l’agora, sur l’herbe, près des plantations du CSI.

Musique : 12h30 en salle de conférences. Les élèves d’Option Musique Terminale interprèteront une version de « Far Over the Misty Mountains Cold ».

Venez déguisés ce jour-là !

Les programmes 2014-2015 (I. Pays de Gex)

Le Trip Rousseau à l'Esplanade du Lac

Le Trip Rousseau à l’Esplanade du Lac

Ils sont là, ils sont plus alléchants que jamais, ils nous donnent mille idées de sorties avec les élèves (ou sans) (ou sans les profs, entre élèves).

Allez les voir.

A la Comédie de Ferney (compagnie Thalie), il n’est pas encore en ligne, je vous l’annonce donc en exclusivité.
Vous pourrez y voir en septembre Energia, spectacle multimédia d’une ancienne élève de Ferney, Natalia Stepanova, qui mêle dessin,vidéo, danse, steampunk, ethno futurisme, cybergoth… (moi, dès qu’on me dit steampunk, je suis intéressée…)
Y écouter, toujours en septembre, l’extraordinaire Trio Pradal. C’est du flamenco, des textes de poètes de langue espagnole, et une représentation aura lieu le vendredi 26 septembre au lycée qui sera proposée aux élèves d’Espagnol (national ou LV étrangère).

En octobre, Chants d’exil, des textes de Brecht ainsi qu’un spectacle de la Saison Voltaire sur le Dictionnaire philosophique de Voltaire mis en scène par Thomas Freitag, délire et fantaisie garantis, donc.

En novembre, François le jongleur de Dario Fo, un monologue sur François d’Assise révolutionnaire et joyeux, par un comédien jouant une quinzaine de personnages

En janvier, L’apprentie sage femme, un conte initiatique interprété par une comédienne virtuose (de la Comédie Française) qui incarne une vingtaine de personnages.
Et aussi Sacco et Vanzetti, avec Dau et Catella, une pièce engagée qui reprend la célèbre affaire des anarchistes exécutés dans les années 1920.

En février, Le repas des fauves, une pièce terrible et drôle.

Nous sommes en 1942. Sept amis célèbrent l’anniversaire de leur hôtesse quand un officier SS frappe à la porte. Suite à un attentat, en guise de représailles, il exige deux otages. Aux convives de choisir lesquels d’entre eux seront condamnés…

Le 2 avril, Mangez le si vous voulez, d’après une nouvelle de Jean Teulé, Molière 2014, qui reprend l’histoire d’un fait divers de cannibalisme.
Une séance scolaire l’après-midi (moi, j’irai. :))

Et plus encore !

Au Châtelard (Ferney – compagnie FOR)
Là encore, le programme n’est pas encore en ligne mais nous pouvons d’ores et déjà annoncer
En septembre, autour de la Guerre 14-18, une adaptation des premiers chapitres du Voyage au bout de la nuit de Céline.
En octobre, Longtemps je me suis couché de bonne heure, une adaptation du premier chapitre de la Recherche de Proust, « Combray », pour entrer tout naturellement dans cette oeuvre souvent intimidante.
En février-mars, Simone Audemars met en scène Le Laboureur de Bohême, Dialogue avec la Mort, de Johannes von Tepl. Ce spectacle sera présenté en suisse romande en février et tout le mois de mars à La Comédie de Genève.

A l’Esplanade du Lac (Divonne) le programme complet est en ligne ici.
de nombreux spectacles peuvent intéresser nos élèves (ou nous…) tels que Le Trip Rousseau en novembre (j’irai, je vous le dis…) ou Tartuffe en mars.

A suivre avec les programmes du reste de la région (Genève et Annemasse)…

Le Printemps des Poètes 2014

Le seizième Printemps des Poètes aura lieu du 8 au 23 mars 2014 et aura pour thème « Au coeur des Arts ».
Son directeur artistique, Jean-Pierre Siméon, l’annonce ainsi :

Si la poésie a toujours eu un lien étroit et naturel avec les arts premiers que sont le chant, la danse et le théâtre, elle est aussi souvent l’arrière-pays, le moteur secret ou le point d’appui de la création dans les arts plastiques, la photographie, la composition musicale, le court-métrage cinématographique, la vidéo, voire le cirque… Nous souhaitons mettre en avant, à la faveur du 16e Printemps des Poètes, le dialogue constant et fertile entre les poètes et leurs « alliés substantiels ». Ni au-dessus ni à côté, la poésie est au cœur de toute aventure artistique.

Ce 16e Printemps des Poètes sera aussi l’occasion de saluer Max Jacob, dont on célèbrera le 70e anniversaire de la disparition au camp de Drancy. Poète précurseur du dadaïsme et du surréalisme, Max Jacob était aussi peintre et ami des peintres : Modigliani, Matisse, Braque, Juan Gris… Il était le filleul de Pablo Picasso.

Comme chaque année, le site web du Printemps des Poètes propose quantité de ressources pour nous aider à organiser des événements ou des activités pédagogiques : poèmes inédits, bibliographies, listes de spectacles…

Si vous voulez organiser un événement, vous pouvez vous inscrire ici. Pour les activités scolaires, consultez en particulier cette page. Pour le secondaire sont proposés en particulier :

  • Le concours Dis-moi un poème et la bibliothèque sonore en ligne avec le groupe des Lettres de l’IGEN et le Cercle Gallimard de l’enseignement. Le concours invite les élèves à enregistrer et faire concourir leur interprétation orale d’un poème à partir d’une sélection. Le lycée y avait participé l’an dernier et obtenu deux lauréats !
  • La Babel heureuse : lecture de poésie non francophone, avec les enseignants de langues, latin, grec classique, les parents polyglottes, etc… Voilà qui me semble idéal pour notre Lycée International !
  • Illustration photographique de poèmes à partir de textes classiques ou contemporains. Là encore, je sais que notre lycée compte de nombreux photographes.
  • Impulser une création artistique collective autour de la collaboration Paul Eluard/Man Ray dans Les mains libres, au programme de Terminale L : mise en voix des poèmes, spectacle de danse, réinterprétation des oeuvres.

Tout cela est très stimulant et j’espère que vous serez nombreux à participer même si pour moi ce sera… à distance !

Des Spectacles Avant Noël

Pour vous faciliter la tâche, je continue mes piqûres de rappel sur les programmes des théâtres voisins.

Puisque la rentrée approche, voici quelques spectacles intéressants entre les vacances de Toussaint et celles de Noël.

En novembre

  • Dès la rentrée, à Meyrin, L’Art et la Révolte, d’Abd Al Malik, « librement inspiré d’Albert Camus ». A recommander pour la question de l’homme (français première), à recommander tout court, de toute façon. Une seule représentation le 6 novembre.
  • Très très recommandé, La Religieuse de Diderot, les 22-23 novembre à la Comédie de Ferney. Idéal pour Secondes (XVIIIe) et Premières (question de l’homme et de la femme).
  • A la Comédie de Genève, Artaud-Barrault, conception et mise en scène Denis Guénoun (Stanislas Roquette incarne Jean-Louis Barrault, et à travers lui Antonin Artaud, poète incandescent, «royalement beau».)
  • A l’Esplanade du Lac de Divonne, une comédie classique (programme de Seconde) : Le Misanthrope de Molière, mis en scène par mes inventifs compatriotes du Cartoun Sardines, le 22 novembre
  • A Carouge, La Double Mort de l’horloger, une pièce de Ödön von Horváth que je ne connais pas (deux pièces en fait : Meurtre dans la rue des Maures et L’Inconnue de la Seine qui « ont un point commun: l’assassinat d’un horloger » et qui sont inédites en français) mais qui peuvent être intéressantes, par exemple dans le cadre d’un projet en allemand (national ou non), puisqu’il s’agirait d’œuvres qui « mêle[nt] culture populaire et histoire politique de l’Allemagne du début du XXe siècle. » Mise en scène d’André Engel, représentations en novembre-décembre.

En décembre

  • Au Châtelard (Ferney), une série de spectacles sur la condition de la femme : Elles épluchent le monde, une lecture publique de textes de femmes écrivains, poétesses, philosophes du XXe siècle (Anna Politkovskaïa, Taslima Nasreen, Charlotte Delbo, Anna Akhmatova, Christa Wolf, Maria Tsvetaïeva, Hélène Cixous, Simone Weil…) les 30 novembre et 1er décembre ; pour l’Italie Récits de femmes de Dario Fo, du 6 au 8 décembre, textes inspirés par la lutte des Italiennes pour le droit au divorce et la légalisation de l’avortement ; pour l’Afrique Trop de diables sous leurs jupes du 13 au 15 décembre (« Six femmes, dont l’âge s’échelonne entre la soixantaine et l’adolescence, six façons de concevoir l’amour et les relations avec les hommes, à la fin six destins »)
  • A la Comédie de Genève, Amphytrion de Molière en décembre, mise en scène Nalini Menamkat (plutôt pour les secondes, mais envisageable aussi pour l’étude des réécritures en premières L),

Vous me raconterez, car ce ne sont pas des dates où je vais être très disponible… 🙂