Un Eté sur France Culture

Ne hurlez pas. Pas tout de suite. Vous êtes nombreux à nous demander avec sérieux ou gourmandise : Que lire pendant l’été ? Pour préparer notre entrée en Première, ou en Terminale, ou à l’université ?

La radio, et France Culture en particulier, est une alternative à laquelle vous ne pensez pas toujours. Sans compter que grâce aux smartphones, elle se transporte vraiment partout, en direct ou en différé (gloire soit rendue aux podcasts). Elle peut même accompagner les longs trajets en voiture, en train ou en avion qui sont aussi le lot de l’été (autre avantage des podcasts : aucun tunnel ne les interrompt).

Voici donc une petite sélection d’émissions de France Culture susceptibles d’intéresser nos collègues, nos élèves, et nos tout frais bacheliers :

Histoire

  • Sans doute mon émission favorite toutes catégories, Concordance des temps, par Jean-Noël Jeanneney, le samedi de 10h à 11h (ou à podcaster, bien sûr). Une heure de discussion à la fois érudite et très accessible (et souvent drôle) sur un sujet historique qui peut être reculé mais a toujours un lien avec l’actualité. C’est le principe de l’émission : mieux comprendre un élément de notre époque, de notre culture, en le mettant en regard avec un élément historique. Les sujets abordés sont variés et passionnants : récemment Marseille, la Turquie, les tapisseries de La Dame à la Licorne… Je l’ai classée en Histoire mais des sujets littéraires y sont aussi abordés. Récemment le grand écrivain autrichien Stefan Zweig, et samedi dernier 13 juillet, une émission sur le plagiat, parfaite pour les futurs Premières L dans la perspective de l’étude des réécritures.
  • Très intéressant aussi, La Fabrique de l’Histoire, par Emmanuel Laurentin, du lundi au vendredi de 9h06 à 10h.
    A noter :

    Vers la fin de la saison, à la période des examens et des concours, La Fabrique de l’Histoire traite cette année, non seulement des sujets d’histoire à l’agrégation comme elle l’a fait les années précédentes, mais abordera aussi les programmes dédiés à la discipline à l’Ecole normale supérieure, et ceux du Baccalauréat !

Géographie, géopolitique, géosciences

Planète Terre, par Sylvain Kahn, le mercredi de 14h à 14h30.

une invitation à comprendre notre environnement proche et lointain. Du trafic mondial des conteneurs aux catastrophes locales, des routes migratoires aux cartes du changement climatique, des rizières aux mangroves, des ressources océaniques à la tectonique des plaques, Planète Terre propose, avec ses invités, chercheurs de terrain et praticiens, des voies et des repères pour arpenter nos territoires et le monde qui nous entoure.

Vous pouvez aussi consulter Globe, le blog de Planète Terre.

Sciences

  • J’aime beaucoup Continent sciences, chaque lundi, de 14h à 15h, « pour comprendre les sciences à travers les femmes et les hommes qui les font. » Les sujets abordés sont variés, de l’insecte à la naissance de l’univers, de la « particule manquante » à l’ADN en passant par la question du Temps.
  • Vous pouvez aussi vous intéresser à La Marche des sciences, par Aurélie Luneau, tous les jeudis, de 14h à 15h.

L’Histoire des sciences à la portée de tous, avec un débat, émaillé de documents d’archives et de reportages, en compagnie de deux invités (chercheurs, historiens des sciences, savants) passionnés par la transmission de ces savoirs. Puis, dans les dix dernières minutes de l’émission, un autre invité ou chroniqueur viendra rendre compte d’une actualité du moment (colloque, films au cinéma, DVD, expositions, livres jeunesse, festivals, découvertes…).

Littérature & philosophie

  • Pour les futurs Terminales (en particulier L), ou les futurs étudiants en lettres ou philosophie, je recommande Les Nouveaux chemins de la connaissance, par Adèle Van Reeth et Philippe Petit.

Pour leur sixième année consécutive, les Nouveaux chemins de la connaissance continuent à faire jouer ensemble philosophie, musique et littérature. Le but : s’adresser aux curieux sans ennuyer les experts, satisfaire les plus exigeants sans exclure les distraits. C’est en créant des rencontres entre les textes classiques et la vie quotidienne, le savoir précis et l’intuition diffuse, la discipline et l’improvisation, que, tous les jours, nous tentons d’aborder des sujets aussi divers que Dostoïevski, la caresse, Maurice Merleau-Ponty, la corrida, la vérité, le cinéma…  A la fois érudites, stimulantes et ludiques, ces promenades quotidiennes réconcilient le savoir avec le plaisir et la connaissance avec la vie.

Cette semaine par exemple : une série d’émissions sur Jean-Paul Sartre.

Ici, de l’internet à La Pléiade et du papier bible aux tirages limités, tous poètes à la même tablée ! Poésie numérique, revues, récitals, recueils, CD, DVD ou spectacles, tous à la même enseigne !

  • Et, vraiment accessible, varié et intéressant, La Grande Table, par Caroline Broué, du lundi au vendredi entre midi et deux.

La Grande Table, c’est le magazine des idées et de la culture sous toutes ses formes, tous les jours de 12h à 13h30. A l’heure du déjeuner, les convives – artistes, personnalités du monde de la culture et des idées – prennent place à table. Au menu : art, littérature, spectacle, BD, musique, mais aussi sciences humaines, sciences sociales et sciences dures… sans oublier quelques questionnements sur le rapport entre l’art, la culture, et le monde ou la société.
A midi, premier service, avec la « Conversation ». Trois compères choisis dans la petite bande de La Grande Table viennent discuter et débattre autour d’un sujet à la frontière entre culture et  idées.
A 12h55, place au deuxième service. C’est l’actualité culturelle qui est à l’honneur, autour d’un, deux ou trois invités. Au cours de grands entretiens ou de rencontres inattendues, ils échangent  autour d’une œuvre, d’un créateur, ou d’un art.

Par exemple la semaine dernière, un entretien avec la grande spécialiste de l’Antiquité Florence Dupont, à conseiller à tous nos latinistes, hellénistes, et humanistes en général !

Vous pouvez aussi suivre La Grande Table sur Facebook et sur Twitter.

Des Romans d’Amour (à la Radio)

L'adaptation cinématographique d'Anna Karénine en 2012 avec Keira Knightley et Jude Law.

L’adaptation cinématographique d’Anna Karénine en 2012 avec Keira Knightley et Jude Law.

Cette semaine, la très bonne émission d’Adèle Van Reeth sur France Culture, Les Nouveaux chemins de la connaissance, analyse trois grands romans d’amour : Aurélien de Louis Aragon, Anna Karénine de Tolstoï et Belle du Seigneur d’Albert Cohen.

Si vous avez manqué les deux premiers, pas de panique, vous pouvez les réécouter ou les podcaster sur le site de l’émission.

Pour vous donner envie :

  • l’introduction de la thématique, lundi :

    Pourquoi les histoires d’amour sont-elles romanesques ? Et bien parce qu’elles finissent mal, en général, mais qu’entre le début et la fin, il y a l’histoire, les histoires,  dont les péripéties et retournements forment le romanesque par excellence– car si les histoires d’amour finissaient bien, la littérature ne s’y serait pas attardée au-delà d’un recueil de nouvelles – ou d’une collection de romans de gare.

    Demain, Michel Aucouturier nous fera voyager dans la Russie de Tolstoï aux côtés de Vronsky, Levine et Anna Karénine, mercredi, Carole Auroy assumera l’autodestruction de la passion amoureuse dans Belle du Seigneur et jeudi, et bien jeudi, l’amour cédera le pas à la religion, ou plutôt se sacrifiera sur l’autel des cérémonies religieuses du jeudi de l’Ascension.

    Aujourd’hui, qu’est-ce que l’amour, un idéal, un pis-aller, ou un but en soi,  ou comment l’on peut tomber amoureux lorsqu’on n’y croit pas, et d’une femme que l’on trouve franchement laide… Aujourd’hui, un prénom impérial, un roman du réel, Aurélien, de Louis Aragon.

  • une autre réflexion… et une mise en bouche pour le remarquable Belle du Seigneur :

Pourquoi l’amour est-il un sujet romanesque par excellence ?  Dans les Fragments d’un discours amoureux, Barthes propose cette réponse :

Si je suis amoureux, je peux rechercher lire, estimer tous ceux qui ont essayé d’éclairer l’être de l’amour ; mais en moi quelque chose d’intraitable finit toujours par dire : qu’est-il pour moi (ce moi n’étant pas ma personne, mais le type auquel me pousse une certaine force) ? En sorte que c’est précisément par la méconnaissance où je suis de ce qu’est l’amour que je vais à la forme la plus haute de l’analyse : la dramatisation.

Dramatiser, en faire un drame, s’imaginer sur une scène de théâtre où l’on en fait toujours trop : cette semaine les nouveaux chemins vous proposent de vous réconcilier avec ce goût du drame qui caractérise l’amour passionné en vous offrant trois romans d’amour : […], et aujourd’hui, aujourd’hui, le fardeau de la beauté et des dents parfaites, le dégoût des chats dans la gorge et des borborygmes, l’ether de la passion mécanique, le pays où l’amour donne envie de dévorer des sandwichs au jambon et où la lecture de Proust est un prétexte pour montrer ses jambes et Belle du seigneur, d’Albert Cohen.

Informations pratiques : Ecoutez l’émission sur Belle du Seigneur jeudi de 10 à 11 sur France Culture, ou plus vraisemblablement, écoutez en différé en ligne ou podcastez.

Recommandé pour : Les Premières (Français : Le personnage de roman du XVIIème à nos jours)… mais sérieusement, tout le monde ! Qui ne s’est pas interrogé sur l’amour ?

 

Le Printemps des Poètes sur France Culture

printemps des poètes

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais moi, j’écoute France Culture. Et je vous jure que ce n’est pas par affectation (j’écoutais France Culture bien avant d’être référent culture…) Simplement, j’ai essayé diverses stations et fini par découvrir qu’aucune, absolument aucune, n’était aussi intéressante que France Culture. Essayez.

En voici une preuve de plus avec les émissions que la station consacre au quinzième Printemps des Poètes, sur le merveilleux thème des « voix du poème » (on ne peut plus radiophonique, il faut l’avouer) :

Le samedi 9 mars, de 21h à 22h, une soirée spéciale de Drôles de Drames en ouverture du Printemps des Poètes, en direct et en public du Studio 105 de la Maison de Radio France, avec Angélique Ionatos, Les Têtes Raides, Guillaume Durieux et le lauréat du Concours Andrée Chedid du poème chanté.

L’émission du 15 mars de L’Atelier du Son de Thomas Baumgartner sera un Cabaret poétique poétique sonore, enregistré en public aussi pour les heureux Parisiens à la suite du direct de Drôles de drames.

Autres émissions poétiques prévues : Le Carnet d’or (samedi 16 mars), Ça rime à quoi (dimanche 17 mars), Pas la peine de crier du 18 au 29 mars.

Peut-être même y entendrez-vous les voix de nos élèves puisque nous avons participé à l’opération « Dis-moi un poème ».

Au lycée, nous prévoyons aussi des diffusions de poèmes par les hauts-parleurs de l’Agora et comme tous les ans, le grand concours de poèmes du Printemps.

Littérature & Cinéma sur France 3

madamebovaryhome-48907Un bref message pour signaler, hélas avec un peu de retard, que le remarquable Cinéma de Minuit sur France 3 diffuse en ce moment un cycle « Littérature & Cinéma ».

Ce dimanche 3 mars à minuit sera diffusée l’adaptation de Madame Bovary de Flaubert par Vincente Minnelli (1949).