Programmes 2013-2014 : Théâtre du Grütli (Genève)

Je ne sais trop comment le programme du Grütli m’a échappé lorsque je postais ceux des autres théâtres au printemps dernier.

Pourtant, ils proclament pour cette saison une orientation très pédagogique, un vœu de transmission des classiques aux jeunes et proposent de nombreuses animations et partenariats avec les scolaires.

Le programme de leur saison est en effet riche en « classiques », y compris des « classiques contemporains » qui pourraient intéresser nos élèves :

  •  Dans la solitude des champs de coton et La nuit juste avant les forêts, deux pièces du grand dramaturge contemporain Bernard-Marie Koltès, du 17 septembre au 06 octobre 2013. Je ne sais pas ce que donnera la mise en scène mais les textes sont beaux, forts, âpres, modernes. Vous pouvez en voir un clip vidéo ici sur YouTube. De plus, François Koltès, cinéaste, frère et ayant-droits du dramaturge Bernard-Marie Koltès, partipera à une rencontre avec le metteur en scène et les comédiens à l’issue des représentations du samedi 28 septembre, aux alentours de 22 h 30
  • Andromaque 10-43, une adaptation de la célèbre tragédie classique de Racine, du 28 février au 15 mars 2014, avec le très grand comédien Denis Lavant. Ça promet !
  • Pour nos germanistes, et pour tous ceux qui aiment le drame romantique (ou qui l’ont au programme, en Terminale L…) Les Brigands, de Schiller, Du 02 mai au 18 mai 2014. Une pièce sombre, idéaliste, passionnante.
  • Une adaptation théâtrale de l’immense texte russe Crime et châtiment, de Dostoïevski, du 05 novembre au 24 novembre 2013. Outre nos élèves de russe, cela peut intéresser tous les apprentis philosophes, notamment autour des questions de bien et de mal, … et encore nos Terminales L, puisque c’est une œuvre qui peut éclairer Lorenzaccio.

Site Web du Grütli. 16, Rue Général-Dufour 1204 Genève +41 (0)22 888 44 84

Programmes 2013-2014 : Théâtre du Crève-Coeur (Genève)

Dépliant-saison-1314_Final_1èrepage1Le Théâtre du Crève-Coeur est situé dans une très belle (mais assez difficile d’accès) petite rue de Cologny à Genève, non loin de la célèbre maison louée par Byron qui a vu la naissance du Frankenstein de Mary Shelley…

Sa programmation est comme toujours intéressante, en particulier pour nos élèves.

Dès septembre, on y célèbre l’année Diderot, comme à Ferney, avec Le Neveu de Rameau (25-29 septembre). Bel accompagnement aux programmes de français de Seconde, entre autres.

Du 19 mars au 13 avril, une série de spectacles qu’on croirait conçu pour accompagner nos programmes de Seconde et Première : Les Poètes Maudits (en alternance Baudelaire, Rimbaud et Verlaine.)

Les Apéritifs Crève-Coeur (trois dimanches à 11h) proposent des lectures à deux voix et une réflexion sur le théâtre à partir d’écrits de grandes personnalités de la scène (Jean-Louis Barrault, Laurent Terzieff, Peter Brook…) Intéressant pour Le théâtre : texte et représentation en Première, ainsi que pour accompagner l’étude de Lorenzaccio en Terminale L, notamment le dimanche 8 décembre avec des textes de Sarah Bernhardt (première et très influente interprète du rôle de Lorenzo).

Informations pratiques : 16, chemin de Ruth – 1223 Cologny / Genève
Accès : Bus A / Arrêt Cologny-Mairie (et je vous le recommande, l’accès en voiture étant difficile !)
Réservations : +41 (0) 22 786 86 00

Dis-moi Dix Mots : Edition 2013-2014 (Rhône-Alpes)

10mots2014Toutes les nouvelles sont en ligne sur le site de l’Espace Pandora, le coordinateur délégué de l’opération des « dix mots » en Rhône-Alpes :

Comme chaque année, à l’occasion de l’opération « Dis-moi dix mots », une sélection de dix mots est proposée à tous ceux qui souhaitent fêter la langue française, sa richesse et sa diversité.

Les « dix mots » 2014 ont été choisis autour du thème « Dis-moi dix mots à la folie  » :

AMBIANCER – À TIRE-LARIGOT – CHARIVARI – ENLIVRER (S’) – FARIBOLE – HURLUBERLU – OUF – TIMBRÉ – TOHU-BOHU – ZIGZAG

Ces mots expriment la folie des mots, les mots en folie, mettant en avant l’extraordinaire invention de la langue française au cours des âges.

L’invitation est lancée pour que les rhônalpins de tous âges et horizons s’emparent de ces « dix mots » + trois à travers l’écriture, le chant, les arts plastiques ou encore la vidéo jusqu’en août 2014 !

Pour jouer avec les « dix mots », chez vous où dans vos structures, vous pouvez :

  • participer dès à présent à l’appel à contributions régional pour partager vos créations autour des « dix mots », les publier ou les exposer !

  • organiser un événement, une exposition, une rencontre pendant la Semaine de la langue française et de la francophonie , du 15 au 23 mars 2014

  • mettre en place des ateliers de pratique artistique, tout au long, de l’année avec des structures et artistes de Rhône-Alpes

  • participer à la Journée de rencontre régionale, le 1er octobre 2013 au cinéma Gérard Philipe de Vénissieux (69)

  • commander des outils et documents à diffuser auprès de vos publics : plaquettes, livrets, exposition, etc. autour des « dix mots », auprès de l’Espace Pandora

  • et, bien entendu, inscrire votre action sur le site national « Dis-moi dix mots », rubrique « Inscrire un événement ».

En particulier, voici ce qui est proposé et peut intéresser des élèves comme des professeurs :

Il suffit d’utiliser ou d’illustrer un, plusieurs, ou l’ensemble des « dix mots ». La forme des créations est totalement libre. Elle peut être:

° Littéraire (récit, exercice de style, jeu, etc.)
° Visuelle (graphisme, collage, dessin, photographie, calligraphie etc.)
° Sonore (chanson, lecture enregistrée, etc.)
° Multimédia (vidéo, animation, art numérique, etc.)

L’appel à contributions

Sculptez les « dix mots » ! Envoyez vos créations d’art postal !  Créez un graff collectif ! Chantez les « dix mots » ! Interviewez les habitants de votre quartier ! Lancez un concours vidéo dans votre structure ! Scénariserles « dix mots » !

En un mot, laissez courir votre imagination !

Un jury régional aura le plaisir de sélectionner les textes et images reçus : les contributions feront ensuite l’objet d’une publication dans « En dix mots comme en cent ». Le journal des « dix mots » en Rhône-Alpes.
Une exposition des créations visuelles et multimédia sera visible pendant la Semaine de la langue française et de la francophonie du 16 au 24 mars 2013.

MODE D’EMPLOI

1. Le jeu des « dix mots » est ouvert à tous et toutes. Les contributions peuvent être individuelles ou collectives.

2. Toutes les contributions doivent être envoyées à l’Espace Pandora avant le lundi 3 février 2014.

3. Les contributions sont à envoyer par courriel à : espacepandora@free.fr
– Texte au format : .doc. (2000 signes max. =  une page dactylographiée)
– Image au format : .jpeg, .tif, .pdf
– Son au format : .mp3, .wav, .aif
– Vidéo au format : .mov, .avi, .mp4

Les formats indiqués ci-dessous doivent être impérativement respectés.

4. Pour les contributions plastiques non numériques, merci d’envoyer une photographie de votre création par courriel à espacepandora@free.fr

5. Toutes les contributions doivent être obligatoirement accompagnées des mentions suivantes : Nom, Prénom, Adresse, Âge. Pour les ateliers et les établissements scolaires, bien faire figurer le nom et l’adresse de la structure + le nom de l’animateur + le nom et l’âge du ou des participants.

A savoir :
– Toute contribution adressée est réputée libre de droits pour tout support
– Une même personne ne peut proposer plus de trois contributions

Cette année, un accent particulier est mis sur les « dix mots » dans l’espace public (réel et virtuel) :

1. Créez une œuvre avec les « dix mots »

2. Installez votre création chez vous, dans votre quartier, chez un commerçant etc.

3. Prenez-la en photographie et postez-la sur le mur Facebook « Les dix mots en Rhône-Alpes ». La proposition qui aura le plus de « J’aime » recevra le « prix du public » et sera publiée, en mars 2014, dans « En dix mots comme en cent », Le journal des « dix mots » en Rhône-Alpes.

Les Dix Mots sur Facebook

Et sur Twitter

Programmes 2013-2014 : Châteaurouge (Annemasse)

Un spectacle que je recommande chaudement aux (futurs) Premières L (objet d’étude : Renaissance et humanisme) et plus largement à tous ceux qui sont intéressés par l’humanisme et/ou l’histoire des sciences : Giordano Bruno, des signes des temps, début décembre.

Spectacle déambulatoire à la découverte de Giordano Bruno, astronome, philosophe et arpenteur de l’infini qui fut contemporain de Galilée. Laurent Vacher propose de suivre l’existence du philosophe italien le plus controversé et fascinant de la Renaissance. Giordano Bruno, spéculatif visionnaire, féru de sciences, inventeur d’un art de la mémoire, était aussi un prêtre rebelle et charnel, un mage et un scrutateur de la matière. Ils sont trois acteurs pour incarner son parcours, sa pensée philosophique et celle de ses détracteurs de l’inquisition ; trois protagonistes qui vous emmènent dans un voyage intérieur, un questionnement intime sur l’appartenance de chacun à un univers infini.

Plaidoyer contre l’ignorance et l’obscurantisme, ce spectacle évoque l’histoire d’une pensée révoltée, qui propulse un homme à la découverte du monde dans une Europe en pleine guerre de religions et en proie aux épidémies de peste noire.

Il peut aussi intéresser mes collègues de philosophie.

Un classique : La seconde surprise de l’amour de Marivaux (nous serons servis en Marivaux cette année !) les 23 et 24 avril 2014.

Domaine anglophone :

  • Une représentation de Macbeth de Shakespeare (le même qu’au Forum Meyrin) le mardi 28 Janvier 2014
  • Un « classique contemporain », Howard Barker, et sa pièce Innocence qui « parle, en apparence, de Marie Antoinette » et derrière cette apparence de « la politique et la société contemporaine », les 11 et 12 février 2014.

Et comme chaque année, une multitude de spectacles de musique, de danse, de théâtre d’objets, proposant souvent une réflexion très contemporaine. J’attire particulièrement votre attention sur Les Jeunes, « une pièce sur l’adolescence présentée comme un concert rock » , les 15-16 octobre 2013 et J’ai 20 ans qu’est ce qui m’attend ?, les 29-30 janvier 2014.

Vous pouvez consulter la programmation complète en ligne.

Programmes 2013-2014 : Esplanade du Lac (Divonne)

Encore un programme de saison, celui de l’Esplanade du Lac à Divonne-les-Bains.

Une belle programmation dans laquelle à nouveau je peine à choisir.

marie_tudor_946

D’un point de vue scolaire, trois spectacles parfaits pour accompagner les programmes de français au lycée :

Une comédie classique (programme de Seconde) : Le Misanthrope de Molière, mis en scène par mes inventifs compatriotes du Cartoun Sardines, le 22 novembre

Une tragédie classique (programme de Seconde) : Andromaque, de Racine, le 25 mars

Un drame romantique (plutôt programme de Première, voire de Terminale L) : Marie Tudor, de Victor Hugo, le 24 janvier (photo ci-dessus).

Deux spectacles plus originaux (parmi beaucoup d’autres, il faut bien choisir) :

Afrika, le 13 décembre

Eric Bouvron nous emmène tam-tam battant à la découverte  des beautés et des coutumes du pays où il a grandi à travers son univers loufoque et survolté. Des oiseaux déjantés, un singe hurleur, le sangouma – l’homme sorcier – et une danse de virilité  » la Pantsula Jive « … Mêlant humour, danse, musique et dessin, Eric Bouvron, avec la complicité du percussionniste et comédien Mathos, présente de manière spectaculaire et originale l’Afrique du Sud. Afrika est un évènement festif, une ouverture sur un autre continent, un autre peuple, une autre manière de penser, de bouger, de rire. Un voyage dont on sort à la fois joyeux et un peu plus cultivé ! »
Et Anima, le 7 novembre. Je ne suis pas une grande adepte du hip-hop, je l’avoue, quitte à horrifier certains de nos élèves, mais la description de ce spectacle est alléchante :

Pour cette nouvelle création, Martine Jaussen et Abdennour Belalit ont choisi de s’entourer de créateurs venus d’horizons très différents : vidéastes, danseurs, dessinateurs ainsi que la marionnettiste Emilie Valantin font partie de l’aventure. La scénographie est hallucinante, mais le hip-hop reste toujours sur le devant de la scène. Les dix danseurs, danseuses sont de véritables athlètes, des escaladeurs, des virtuoses des mains, des genoux, des têtes. Ils font ce qu’ils veulent de leurs corps, ils dansent sur un mur, en envol, sur leur dos, sur un doigt…

Anima raconte l’histoire de Zao qui perd son ombre et  part à sa recherche. Il décide de la retrouver afin de se réconcilier avec elle. Au cours de son périple, il traverse le pays des ombres, des marionnettes, des images, et apprendra que l’on ne peut se détacher de ce que l’on est vraiment. Conte initiatique et musical, le décor ressemble à un rêve avec une utilisation très étonnante de la vidéo. Ce grand spectacle est tout à fait surprenant, mêlant l’univers du dessin animé, de l’héroïque fantaisie et de la danse la plus fougueuse et poétique.

Programmes 2013-2014 : le TNP de Villeurbanne

C’est plus loin et plus compliqué à mettre en place (transport, retour à des heures indues) mais c’est un grand, grand théâtre, et comme tous les ans, la programmation donne envie de faire le déplacement.

On y trouvera cette année :

Des grands classiques, pour tous : Le Roi Lear de Shakespeare mis en scène par Christian Schiaretti en janvier-février, Le Triomphe de l’amour de Marivaux (aussi à Meyrin) en février, Britannicus de Racine (parfait pour les secondes) en février-mars et La Leçon de Ionesco, encore par Schiaretti, en juin. De quoi couvrir presque tous les genres et tous les siècles !

Des adaptations de romans : celle de La Princesse de Clèves de Mme de La Fayette de et avec Marcel Bozonnet en octobre, et Molly Bloom, adaptation d’un chapitre de l’Ulysse de Joyce, avec Anouk Grinberg en décembre, celle de Lambeaux de Charles Juliet en mars (noter que le TNP propose aussi quatre échanges avec Charles Juliet dans le cadre du Printemps des Poètes) et l’adaptation d’une nouvelle de Kafka, Un grand singe à l’Académie, aussi en mars

Des réécritures, pour les premières L : depuis quelques années, le TNP de Villeurbanne monte successivement toutes les pièces de Graal Théâtre de Florence Delay et Jacques Roubaud. Cette année, ce sera Perceval le Gallois, en avril. Autre possibilité, travailler sur les réécritures de contes de fées puisqu’il nous est proposé aussi la Cendrillon de Joël Pommerat en mars, l’Ali Baba de Macha Makeïeff et Trois contes d’Afrique.

Du théâtre plus contemporain : Une Saison au Congo, d’Aimé Césaire (le grand écrivain martiniquais de la négritude — entre autres) toujours mis en scène par le (grand aussi) Christian Schiaretti, qui peut aussi permettre une réflexion en Histoire-Géographie sur la colonisation, en octobre ; Les Gens, du célèbre dramaturge anglais Edward Bond, mis en scène par Alain Françon, en février-mars ; La Musica, de Marguerite Duras, en avril ; et La seule certitude que j’ai, c’est d’être dans le doute, un spectacle de la Comédie FRançaise sur un texte de Pierre Desproges ! (en novembre)

Pour les lettres classiques et la philosophie : une adaptation de La République de Platon par le philosophe Alain Badiou, en janvier

Du cirque (magique) : la reprise d’un grand spectacle du Cirque invisible de Jean-Baptiste Thierrée et Victoria Chaplin, en octobre.

Je vous laisse consulter le programme détaillé et découvrir les autres spectacles sur le site du TNP Villeurbanne.

Programmes 2013-2014 : le Poche (Genève)

Un nouveau programme (que de choix s’offrent à nous l’an prochain), celui du Poche, Théâtre en Vieille-Ville de Genève. J’attire votre attention en particulier sur :

  • Pour commencer, dès septembre, deux pièces du grand dramaturge contemporain Jean-Luc Lagarce, Derniers remords avant l’oubli et Music-Hall, mises en scène respectivement par Michel Kacenelenbogen et Véronique Ros de la Grange. Une occasion idéale de plonger dans son oeuvre l’an prochain avec une classe de Première.
  • Bourlinguer, un monologue joué par le grand comédien suisse Jean-Quentin Châtelain sur un texte du grand écrivain suisse Blaise Cendrars, en février.
  • Une version théâtrale et musicale des Fleurs du Mal de Baudelaire, avec des adaptations de Brigitte Fontaine, en mai. La découverte de ce recueil majeur de la poésie française est quasi-indispensable au lycée et s’inscrit bien dans les programmes de seconde.

Et encore bien d’autres choses, un spectacle sur le parcours de naturalisation d’une Libanaise émigrée en France, un sur la mémoire et l’oubli, un sur Anaïs Nin… et un sur en enseignant-saigneur ?

Programmes 2013-2014 : Théâtre Forum Meyrin

meyrin-13-14_0La présentation de la saison du Théâtre Forum Meyrin n’aura lieu que mercredi 12 juin à 20 heures mais les programmes sont déjà dans nos boîtes aux lettres… et le défi principal pour moi est de sélectionner certains spectacles et non pas une quinzaine !

Des grands classiques

Le Triomphe de l’Amour, de Marivaux, mis en scène par Galin Soev. J’irais voir volontiers n’importe quel Marivaux, et deux choix intrigants sont annoncés: celui d’une interprétation exclusivement masculine (pour des personnages souvent travestis, ce qui est fréquent chez Marivaux) et une visiion du metteur en scène de la pièce comme « une intrigue mathématique, posée sur un torrent amoureux ». Deux représentations seulement, fin octobre.

Macbeth de Shakespeare, qu’on ne présente pas. Bien sûr, les mises en scène de Shakespeare sont inégales, mais Macbeth est une pièce si magique qu’il me semble que le jeu en vaut la chandelle. D’autant que la mise en scène d’Anne-Laure Liégeois s’annonce « cauchemardesque ». Deux représentations seulement, fin janvier.

Une adaptation du célèbre roman de Céline, Voyage au bout de la nuit, avec le grand comédien Jean-François Balmer. A mon avis idéal pour parler du personnage de roman en première… voire de la guerre de 14-18, ou bien sûr des réécritures pour les premières L. Une seule représentation, jeudi 20 mars.

Langues vivantes et/ou sections nationales

The Suit, une mise en scène du grand Peter Brook d’après une pièce du Sud-Africain Can Themba, en anglais (avec surtitres français) et en musique. Un adultère, un conte africain, l’époque de l’apartheid (donc aussi pour l’Histoire !) et du jazz ! Deux représentations seulement, début octobre.

Macbeth, cf. plus haut.

Oblomov, librement inspiré du grand personnage anti-héroïque d’Ivan Gontcharov. De multiples approches sont possibles d’un point de vue scolaire : notre LV3 Russe, le personnage de roman, voire la question de l’homme (français première) puisque la pièce s’annonce aussi comme une méditation sur le bonheur et le sens de la vie. En février 2014.

Je sais que les élèves de la Section Italienne étudient La Divine Comédie de Dante. Le chorégraphe italien Emiliano Pellisari en propose une interprétation dansée qui tient aussi « de la sculpture grecque, du théâtre fantastique de la Renaissance ou des inventions mécaniques du XVIIIe siècle » avec « des références surréalistes aux univers de Magritte et d’Escher ». J’aurais aussi bien pu placer ce spectacle dans les grands classiques, compte tenu de l’importance de Dante dans la construction de la culture européenne. Deux représentations seulement, début mars.

Pour les scientifiques :

Quantum, fin septembre, un spectacle de Gilles Jobin, chorégraphe en résidence au CERN pendant trois mois, qui mêle danse, lumières, visite du LHC, film, conférence et rencontre avec des physiciens du CERN. Trois représentations seulement pour une expérience qui sera à mon avis unique !

Pour l’ECJS, l’histoire-géographie, ou tout projet engagé (développement durable par exemple)

Pas un spectacle, mais un « débat citoyen » intitulé « Roms en Cité : Espace public, pauvreté et vivre ensemble : occupation de territoires urbains par les Roms et impacts sociopolitiques ». Le Samedi 16 novembre toute la journée… voilà qui ferait un beau projet.

Sfumato de Rachid Ouramdane, une « pièce pour sept danseurs où il pleut beaucoup » sur les « éco-réfugiés » ou « réfugiés climatiques ». Deux représentations seulement, début avril.

Pour les lettres classiques

Didon et Enée de Purcell, opéra adapté pour une scène de théâtre avec « beauté et drôlerie » qui annonce raconter la célèbre et tragique histoire de la reine de Carthage en faisant alterner « aria baroque » et « hilarant numéro de skieur acrobate ». Ma curiosité est piquée… Deux représentations seulement, fin avril.

De la musique

Mais littéraire, avec un alibi scolaire s’il vous en faut un, pour L’Art et la Révolte, d’Abd Al Malik, « librement inspiré d’Albert Camus ». A recommander pour la question de l’homme (français première), à recommander tout court, de toute façon. Une seule représentation le 6 novembre.

J’en suis déjà à 11 spectacles… Et je n’ai même pas parlé des expositions, elles aussi très alléchantes…

Là encore, réservations le 26 août, n’hésitez pas à me communiquer vos voeux…

Programmes 2013-2014 : Théâtre de Carouge

Après le Grand Théâtre et la Comédie de Genève, c’est au tour du théâtre de Carouge d’annoncer sa prochaine saison.

De nombreux spectacles pourraient être intéressants pour nous et nos élèves :

  • La Dame de la mer, du grand dramaturge norvégien Henrik Ibsen, mise en scène par le (grand aussi) Omar Porras du Teatro Malandro (certains d’entre vous ont peut-être vu ces dernières années son Eveil du printemps ou ses Fourberies de Scapin). Il affirme « Il y a en Ibsen un poète épique et un poète bourgeois. Je veux montrer l’Ibsen épique avec ses visions, ses apparitions et ses révélations », ce qui me convient très bien… Le spectacle aura mieux en octobre-novembre. Notons que certaines représentations seront en français sur-titré en anglais et en allemand.
  • La Double Mort de l’horloger, une pièce de Ödön von Horváth que je ne connais pas (deux pièces en fait : Meurtre dans la rue des Maures et L’Inconnue de la Seine qui « ont un point commun : l’assassinat d’un horloger » et qui sont inédites en français) mais qui peuvent être intéressantes, par exemple dans le cadre d’un projet en allemand (national ou non), puisqu’il s’agirait d’œuvres qui « mêle[nt] culture populaire et histoire politique de l’Allemagne du début du XXe siècle. » Mise en scène d’André Engel, représentations en novembre-décembre.
  • Un grand classique, idéal pour le programme de français de Seconde, Le Malade imaginaire de Molière, mis en scène par Jean Liermier, en janvier-février 2014.
  • Une adaptation théâtrale du roman de Tolstoï, Guerre et paix, par Piotr Fomenko (décédé l’an dernier). Spectacle en russe surtitré en français, représentations en février-mars. Cela pourrait être intéressant bien sûr pour les élèves de LV3 Russe de M. Dabbadie mais aussi pour tous les élèves qui aimeraient connaître ce grand (et long) roman sans avoir le courage de se lancer dans sa lecture.
  • Encore un classique en mars-avril, La Double inconstance de Marivaux, mise en scène par Philippe Mentha. Ce serait l’occasion d’étudier cette pièce en Première, pourquoi pas ? Marivaux nous dit tant (et si bien) sur l’amour, ses jeux, ses faux-semblants, et ses mensonges qui comme au théâtre disent souvent la vérité.
  • Enfin une expérimentation qui promet d’être intéressante, Et il n’en restera plus aucun, adaptation au théâtre du roman policier Dix petits nègres d’Agatha Christie (en mai).

Les réservations hors abonnement seront ouvertes le 3 septembre (sans doute quelques jours avant pour les scolaires). Là encore, n’hésitez pas à me communiquer vos souhaits.

Programmes 2013-2014 : la Comédie de Genève

Cette année, nous avons vu Les Mains sales de Sartre à la Comédie de Genève.

Le programme de la prochaine saison est terriblement alléchant, et donnerait matière à toutes sortes de projets et de sorties.

  • Un projet autour de la musique avec les trois premiers spectacles de leur saison, Fase – Four Movements to the Music of Steve Reich, chorégraphie d’Anne Teresa De Keersmaeker (celui-ci sans les élèves, je crains, puisqu’il ne sera représenté que le premier septembre), Danses nocturnes (Charlotte Rampling lit Sylvia Plath. Sonia Wieder-Atherton joue Benjamin Britten. Croisement poétique et musical.) et Tragedy of a Friendship (Dans un spectacle alliant musique, théâtre et danse, Jan Fabre explore la relation houleuse entre Wagner et Nietzsche.), le tout en septembre. Ce dernier spectacle, ainsi que Siegfried, nocturne d’Olivier Py, musique Michael Jarrell et mise en scène Hervé Loichemol (en octobre), permettrait un ambitieux projet autour de Wagner avec la programmation du Grand Théâtre.
  • De quoi combler nos latinistes et hellénistes, ainsi que leurs professeurs, avec Pompée et Sophonisbe de Corneille, mise en scène Brigitte Jaques-Wajeman (fin octobre-début novembre) et surtout Des Héros : Ajax et Œdipe Roi, de Sophocle, deuxième volet des mises en scène de Wajdi Mouawad (en janvier). Nous avions eu la chance d’assister il y a deux ans à son Antigone (cycle Des Femmes) et je recommande chaudement ces représentations.
  • Et bien sûr amplement matière à accompagner les programmes de français de lycée, avec outre Corneille et Sophocle, Amphytrion de Molière en décembre, mise en scène Nalini Menamkat (plutôt pour les secondes, mais envisageable aussi pour l’étude des réécritures en premières L), Oh les beaux jours de Beckett en janvier (plutôt pour les premières, et à condition d’apprécier les mises en scènes d’Anne Bisang), et deux grandes pièces de la littérature étrangère : Yvonne, princesse de Bourgogne de Witold Gombrowicz, mise en scène Geneviève Guhl (en avril) et Désir sous les ormes, de Eugene O’Neill, mise en scène Guy Pierre Couleau (fin avril-début mai).
  • Last but not least, pour rassembler théâtre et poésie, en novembre, Artaud-Barrault, conception et mise en scène Denis Guénoun (Stanislas Roquette incarne Jean-Louis Barrault, et à travers lui Antonin Artaud, poète incandescent, «royalement beau».)

Pour les scolaires, les réservations peuvent se faire dès le lundi 26 août 2013 directement à la billetterie. N’hésitez pas à me contacter, chers collègues, pour que nous centralisions les réservations (si nous commencions par 60 places pour l’Œdipe Roi de Sophocle/Mouawad, qu’en dites-vous ?)