Programmes 2013-2014 : Théâtre du Crève-Coeur (Genève)

Dépliant-saison-1314_Final_1èrepage1Le Théâtre du Crève-Coeur est situé dans une très belle (mais assez difficile d’accès) petite rue de Cologny à Genève, non loin de la célèbre maison louée par Byron qui a vu la naissance du Frankenstein de Mary Shelley…

Sa programmation est comme toujours intéressante, en particulier pour nos élèves.

Dès septembre, on y célèbre l’année Diderot, comme à Ferney, avec Le Neveu de Rameau (25-29 septembre). Bel accompagnement aux programmes de français de Seconde, entre autres.

Du 19 mars au 13 avril, une série de spectacles qu’on croirait conçu pour accompagner nos programmes de Seconde et Première : Les Poètes Maudits (en alternance Baudelaire, Rimbaud et Verlaine.)

Les Apéritifs Crève-Coeur (trois dimanches à 11h) proposent des lectures à deux voix et une réflexion sur le théâtre à partir d’écrits de grandes personnalités de la scène (Jean-Louis Barrault, Laurent Terzieff, Peter Brook…) Intéressant pour Le théâtre : texte et représentation en Première, ainsi que pour accompagner l’étude de Lorenzaccio en Terminale L, notamment le dimanche 8 décembre avec des textes de Sarah Bernhardt (première et très influente interprète du rôle de Lorenzo).

Informations pratiques : 16, chemin de Ruth – 1223 Cologny / Genève
Accès : Bus A / Arrêt Cologny-Mairie (et je vous le recommande, l’accès en voiture étant difficile !)
Réservations : +41 (0) 22 786 86 00

Amour Mythique

Abélard et Héloïse. Une des premières grandes histoires d’amour tragiques. Une de celles qui remet à l’honneur le sentiment amoureux, en plein Moyen-Age.

C’est cette histoire, souvent réécrite et recontée, qui est adaptée sous le titre Entre ciel et chair au Théàtre du Crève-Coeur pour quatre jours seulement (du 7 au 10 mars). Je sais, pendant les vacances. Mais plutôt que de bachoter une dernière fois votre bac blanc, dimanche après-midi, pourquoi ne pas vous immerger dans les mots et la musique de cet amour ?

Le spectacle, adapté du roman Une passion de Christiane Singer, est conçu pour une comédienne et une musicienne (violoncelliste dans la version montée à Genève).

Au-delà du récit historique, une vision du monde où le profane et le sacré se confondent, où le charnel et le spirituel fusionnent, où les destins tragiques sont appelés à être transcendés. Couvent du Paraclet, 1161. Vingt ans après la mort d’Abélard, Héloïse se retourne une dernière fois sur sa vie et son destin. Sur un plateau nu, un duo : voix et archet. Une mise en scène épurée au service d’un texte éblouissant. Ce spectacle a reçu un accueil unanime du public et de la presse, dès sa création au Festival d’Avignon en 2004, en tournée, et à Paris au Lucernaire. Un spectacle inoubliable.

FRANCE CULTURE : Une actrice éblouissante… un spectacle très épuré, absolument magnifique.

TELERAMA : Christelle Willemez épouse toutes les couleurs de ce destin de femme. Sa voix est un chant d’amour et de lumière.

Plus de détails ici : http://www.entrecieletchair.fr/

Et un extrait vidéo ici :  http://vimeo.com/36412601

Informations pratiques : +41 (0)22 786 86 00 – Théâtre Le Crève-Cœur ; 16 chemin de Ruth ; 1223 Cologny

S’y rendre en transport en commun : bus A (arrêt Cologny-Mairie)

Recommandé pour : ceux qui aiment les grandes histoires d’amour ; ceux qui s’intéressent au Moyen-Age et en particulier au rapport corps/âme, charnel/spirituel, profane/religieux à cette époque ; les musiciens ; les Premières L (réécritures)

Autres lectures sur Héloïse et Abélard : une très belle édition de leurs lettres, traduites et présentées par Sylvain Piron sous le titre Lettres des deux amants chez Gallimard ; la biographie Héloïse et Abélard de Régine Pernoud ; ou un roman historique (très romancé, mais agréable à lire), Très sage Héloïse de Jeanne Bourin

Beckett, Genet et Tahar Ben Jelloun

Quelle affiche !

Deux grands dramaturges francophones du XXème siècle, Samuel Beckett et Jean Genet, souvent méconnus des élèves (c’est sans doute notre faute !), mais dont la force et la modernité les frapperaient sûrement. Et un grand auteur, bien vivant, prix Goncourt, le franco-arabe et grand pédagogue Tahar Ben Jelloun.

Cela donne Beckett et Genet, un thé à Tanger, au théâtre Le Crève-Cœur à Genève jusqu’au 24 février.

Tahar Ben Jelloun explique ainsi la création de la pièce :

Cette pièce a été une « commande » du metteur en scène Pierre Chabert et de Barbara Hute. Nous avons travaillé ensemble au fur et à mesure que je l’écrivais. Je leur dois beaucoup surtout en ce qui concerne l’univers de Beckett qu’ils connaissent bien. La pièce allait être montée, malheureusement Pierre Chabert est décédé brusquement en janvier 2010.
L’idée de cette pièce : réunir dans un café à Tanger Beckett et Genet, qui ne s’étaient jamais rencontrés de leur vivant ; ils attendent la visite de leur ami commun Giacometti ; les trois personnages se connaissaient mais ne s’étaient jamais retrouvés réunis. Par la magie de la fiction, ils pensent que ce sera possible, mais Giacometti ne viendra pas, un peu comme Godot.
C’est une comédie ; tous les dialogues sont puisés dans leur vie, leur œuvre.

Et le théâtre présente ainsi le spectacle :

Avec son écriture dense, énigmatique, sensorielle, vertigineuse aussi, Tahar Ben Jelloun met en scène ces deux auteurs insondables et magnifiques, qui ne se sont jamais rencontrés et auraient eu tant à partager. Beckett et Genet, une rencontre entre deux monstres de la littérature.

Dans cette pièce récente, Beckett se montre volubile sous la plume de Tahar Ben Jelloun, et Genet réaffirme sa différence. Leur affrontement amical pétille de réciproque admiration ; habilement l’auteur place dans les dialogues les éléments historiques qui nous font plonger dans la biographie de chacun sans avoir l’air d’y toucher. En faisant revivre les fantômes de ces deux extraordinaires personnalités, Tahar Ben Jelloun nous fait accepter que nous sommes dans une évocation, un rêve impossible. Une rencontre dans un certain paradis, incarné par un Tanger idéalisé. Il re-convoque le mystérieux G et le concrétise en la personne de Giacometti. Pendant toute la pièce, Beckett et Genet l’évoquent et l’attendent… tel Godot qui ne viendra pas. Et Genet d’ajouter « Ah Giacometti est mort, je sais, c’est une illusion ».

Notez, quelle occasion !, que :
Le Crève-Cœur aura le plaisir d’accueillir l’auteur le vendredi 14 février pour un dialogue avec le public après la représentation. Réservez vite au + 41 (0) 22.786.86.00

Informations pratiques :

Théâtre Le Crève-Cœur
16 chemin de Ruth
1223 Cologny

S’y rendre en transport en commun : bus A (arrêt Cologny-Mairie)

Tarif(s) : de 10 à 30.-

Recommandé pour : tous ! En particulier les Premières (Le théâtre et sa représentation).