Diderot à L’Hermitage

Encore une célébration dans le cadre de l’année Diderot, une grande exposition à venir à la Fondation de l’Hermitage (près de Lausanne, Suisse). Intitulée « Le goût de Diderot », elle aura lieu du 7 février au 1er juin 2014 autour de tableaux de Greuze, Chardin, David, Falconet…

Dans le cadre des célébrations du tricentenaire de la naissance de Denis Diderot (1713-1784), la Fondation de l’Hermitage a le plaisir de proposer une exposition consacrée au célèbre philosophe français, et en particulier à sa relation à l’art. Cette présentation d’envergure réunit une sélection exceptionnelle de peintures, sculptures, gravures et dessins, que Diderot a pu admirer au Louvre à l’occasion des Salons – expositions temporaires organisées par l’Académie royale de peinture et de sculpture – et qu’il a commentés dans ses comptes rendus rédigés entre 1759 à 1781. Ces textes, d’une liberté de ton remarquable, marquent l’émergence de la critique d’art telle qu’on la connaît aujourd’hui. Ils témoignent de la culture artistique initiale de Diderot, mais aussi et surtout de l’évolution de son goût, de son regard et de son esthétique, à mesure que le philosophe fréquente les œuvres de son temps. L’exposition met également en lumière l’impact de ses écrits sur le monde de l’art.

Articulée autour de grands ensembles thématiques, l’exposition s’ouvre avec une section consacrée à la culture visuelle de Diderot avant la grande aventure des Salons. Le parcours développe ensuite trois thèmes qui structurent le goût et l’esthétique du philosophe : la question de la vérité en peinture, la poésie de la peinture, et la magie de l’art. A travers la présentation d’œuvres admirées ou décriées par Diderot, la sélection met à l’honneur certains des plus grands artistes du XVIIIe siècle : Chardin, Boucher, Vernet, Falconet, Greuze, Robert, Houdon, David…

Cette manifestation est élaborée en partenariat avec le musée Fabre de Montpellier, qui possède une des plus belles collections de peinture et sculpture de la seconde moitié du XVIIIe siècle, et qui accueille la première étape de l’exposition, du 5 octobre 2013 au 12 janvier 2014. Cette collaboration rappelle l’importance des relations entre les grands esprits de la France et de la Suisse au Siècle des lumières.

Tous les détails sur le site de L’Hermitage.

Des Spectacles Avant Noël

Pour vous faciliter la tâche, je continue mes piqûres de rappel sur les programmes des théâtres voisins.

Puisque la rentrée approche, voici quelques spectacles intéressants entre les vacances de Toussaint et celles de Noël.

En novembre

  • Dès la rentrée, à Meyrin, L’Art et la Révolte, d’Abd Al Malik, « librement inspiré d’Albert Camus ». A recommander pour la question de l’homme (français première), à recommander tout court, de toute façon. Une seule représentation le 6 novembre.
  • Très très recommandé, La Religieuse de Diderot, les 22-23 novembre à la Comédie de Ferney. Idéal pour Secondes (XVIIIe) et Premières (question de l’homme et de la femme).
  • A la Comédie de Genève, Artaud-Barrault, conception et mise en scène Denis Guénoun (Stanislas Roquette incarne Jean-Louis Barrault, et à travers lui Antonin Artaud, poète incandescent, «royalement beau».)
  • A l’Esplanade du Lac de Divonne, une comédie classique (programme de Seconde) : Le Misanthrope de Molière, mis en scène par mes inventifs compatriotes du Cartoun Sardines, le 22 novembre
  • A Carouge, La Double Mort de l’horloger, une pièce de Ödön von Horváth que je ne connais pas (deux pièces en fait : Meurtre dans la rue des Maures et L’Inconnue de la Seine qui « ont un point commun: l’assassinat d’un horloger » et qui sont inédites en français) mais qui peuvent être intéressantes, par exemple dans le cadre d’un projet en allemand (national ou non), puisqu’il s’agirait d’œuvres qui « mêle[nt] culture populaire et histoire politique de l’Allemagne du début du XXe siècle. » Mise en scène d’André Engel, représentations en novembre-décembre.

En décembre

  • Au Châtelard (Ferney), une série de spectacles sur la condition de la femme : Elles épluchent le monde, une lecture publique de textes de femmes écrivains, poétesses, philosophes du XXe siècle (Anna Politkovskaïa, Taslima Nasreen, Charlotte Delbo, Anna Akhmatova, Christa Wolf, Maria Tsvetaïeva, Hélène Cixous, Simone Weil…) les 30 novembre et 1er décembre ; pour l’Italie Récits de femmes de Dario Fo, du 6 au 8 décembre, textes inspirés par la lutte des Italiennes pour le droit au divorce et la légalisation de l’avortement ; pour l’Afrique Trop de diables sous leurs jupes du 13 au 15 décembre (« Six femmes, dont l’âge s’échelonne entre la soixantaine et l’adolescence, six façons de concevoir l’amour et les relations avec les hommes, à la fin six destins »)
  • A la Comédie de Genève, Amphytrion de Molière en décembre, mise en scène Nalini Menamkat (plutôt pour les secondes, mais envisageable aussi pour l’étude des réécritures en premières L),

Vous me raconterez, car ce ne sont pas des dates où je vais être très disponible… 🙂

Diderot, Encore et Toujours

diderotml Si certains l’ont oublié, il s’agit de l’année Diderot.

L’écrivain, philosophe, encyclopédiste, critique d’art et même scientifique est à l’honneur ce mois-ci dans un grand dossier du Magazine Littéraire.

Vous pouvez également retrouver tous les événements de la région liés à cette commémoration en cliquant sur le tag « Diderot » du blog culture.

Recommandé pour tous ! En particulier en liaison avec les programmes de français de seconde (argumentation au XVIIIème) et de première (question de l’homme), mais aussi en philosophie.

Cinq Spectacles à Voir Pendant les Vacances de Toussaint

Pour tous ceux qui restent dans la région pendant ces vacances, voici cinq pièces que nous avons recommandées à la lecture des programmes et vous invitons à aller voir :

  • La Dame de la Mer (Henrik Ibsen/Omar Porras), au Théâtre de Carouge, du vendredi 18 octobre au jeudi 7 novembre 2013
  • Pompée et Sophonisbe (Corneille/Brigitte Jaques-Wajeman) Comédie de Genève, du 29 octobre au 2 novembre 
  • Une Saison au Congo (Aimé Césaire/Christian Schiaretti), TNP de Villeurbanne, du mercredi 16 au vendredi 25 octobre 2013

Nouveau site et programme au Châtelard

ledroitduseigneurLe théâtre du Châtelard (Ferney) se dote d’un nouveau site web et y détaille sa programmation de septembre 2013 à mars 2014.

Comme annoncé, ce début de saison est sous le signe de la Femme avec de nombreux spectacles susceptibles d’intéresser nos lycéens et leurs professeurs :

  • Madame de la Pommeraye et Mme de La Carlière de Diderot (nous rappelons qu’il s’agit de l’année Diderot) suivi du Droit du Seigneur de Voltaire du 24 septembre au 6 octobre. Parfait pour aborder l’argumentation à l’époque des Lumières (français de seconde), la place de la femme dans la société (histoire, éducation civique, français de première). Les places sont à 7 euros pour les élèves.

EDIT : Le Châtelard nous annonce que pour tous les autres spectacles de la saison la place sera à 5€ pour tous les jeunes scolarisés dans un établissement du Pays de Gex, au lieu du tarif réduit à 10€ appliqué jusqu’alors.

  • Prolongement le 29 septembre avec une séance de cinémaLes Dames du Bois de Boulogne de Robert Bresson. Film inspiré de l’histoire de Mme de la Pommeraye dans Jacques le fataliste et son maître de Denis Diderot. Dialogues de Jean Cocteau. Avec Maria Casarès et Paul Bernard.
  • Toujours sur la condition de la femme, une programmation des plus internationales : Elles épluchent le monde, une lecture publique de textes de femmes écrivains, poétesses, philosophes du XXe siècle (Anna Politkovskaïa, Taslima Nasreen, Charlotte Delbo, Anna Akhmatova, Christa Wolf, Maria Tsvetaïeva, Hélène Cixous, Simone Weil…) les 30 novembre et 1er décembre ; pour l’Italie Récits de femmes de Dario Fo, du 6 au 8 décembre, textes inspirés par la lutte des Italiennes pour le droit au divorce et la légalisation de l’avortement ; pour l’Afrique Trop de diables sous leurs jupes du 13 au 15 décembre (« Six femmes, dont l’âge s’échelonne entre la soixantaine et l’adolescence, six façons de concevoir l’amour et les relations avec les hommes, à la fin six destins »)
  • En 2014, le Châtelard accompagnera la commémoration de la Première Guerre Mondiale, à laquelle s’attachent aussi cette année nos collègues d’histoire-géographie dans un grand projet. Déjà annoncé : De nos enfants, mon frère, allons pleurer la cendre en février mars

Informations pratiques et réservations : 23/29 rue de Meyrin – 01210 Ferney-Voltaire ; Réservations par téléphone du lundi au vendredi de 9h30 à 18h au +33 (0) 450 28 26 40 ou par mail : contact@fortheatre.fr

Programmes 2013-2014 : Théâtre du Crève-Coeur (Genève)

Dépliant-saison-1314_Final_1èrepage1Le Théâtre du Crève-Coeur est situé dans une très belle (mais assez difficile d’accès) petite rue de Cologny à Genève, non loin de la célèbre maison louée par Byron qui a vu la naissance du Frankenstein de Mary Shelley…

Sa programmation est comme toujours intéressante, en particulier pour nos élèves.

Dès septembre, on y célèbre l’année Diderot, comme à Ferney, avec Le Neveu de Rameau (25-29 septembre). Bel accompagnement aux programmes de français de Seconde, entre autres.

Du 19 mars au 13 avril, une série de spectacles qu’on croirait conçu pour accompagner nos programmes de Seconde et Première : Les Poètes Maudits (en alternance Baudelaire, Rimbaud et Verlaine.)

Les Apéritifs Crève-Coeur (trois dimanches à 11h) proposent des lectures à deux voix et une réflexion sur le théâtre à partir d’écrits de grandes personnalités de la scène (Jean-Louis Barrault, Laurent Terzieff, Peter Brook…) Intéressant pour Le théâtre : texte et représentation en Première, ainsi que pour accompagner l’étude de Lorenzaccio en Terminale L, notamment le dimanche 8 décembre avec des textes de Sarah Bernhardt (première et très influente interprète du rôle de Lorenzo).

Informations pratiques : 16, chemin de Ruth – 1223 Cologny / Genève
Accès : Bus A / Arrêt Cologny-Mairie (et je vous le recommande, l’accès en voiture étant difficile !)
Réservations : +41 (0) 22 786 86 00

Et Pendant l’Eté ?

Certains d’entre vous, collègues, élèves ou anciens élèves, restez peut-être dans la région pendant l’été.

Voici quelques activités culturelles qui pourraient vous intéresser :

– le Passeport Big Bang : de nombreuses visites et animations sur les sites du CERN depuis le 2 juin dernier

« Le LHC ne fonctionne plus ; les techniciens du CERN ont besoin de vous pour le faire redémarrer. » Une fois en possession de vos 10 codes, un par étape du Passeport Big Bang, vous pourrez tenter de faire redémarrer le LHC. En serez-vous capables ? Si vous y parvenez, vos efforts seront récompensés…

Tous les détails sur le site du Passeport.

– le Festival de Jazz de Montreux – du 5 au 20 juillet

On ne le présente plus ! Au programme 2013, Leonard Cohen, Prince, Sting, Deep Purple, Kraftwerk et j’en passe. Je suis sûre que vous avez déjà réservé ! Tous les détails sur le site du Montreux Jazz Festival.

– Ciné-Transat – du 11 juillet au 18 août – Parc de la Perle du Lac

Si vous ne connaissez pas, il s’agit de projections cinématographiques gratuites, nocturnes, en plein air et souvent animées, sans compter d’inénarrables soirées à thème (pique-nique romantique, zombie, Indiana Jones, ou Bleu et Etoiles avec Avatar…) ! Tout le programme sur le site de Ciné-Transat.

– les Fêtes de Genève – du 18 juillet au 11 août

Outre le célèbre feu d’artifices du 10 août (grandiose mais bondé), la Fête de la Rade du 3 août, des dizaines de concerts gratuits, des artistes de rues, — et pour les lève-tôt, des Aubes Musicales dès 6 heures du matin ! Programme détaillé sur le site des Fêtes.

– le Week-end des Etoiles – 03 et 04 Août – Fort l’Ecluse

Comme chaque année, ORION, le club d’astronomie du Pays de Gex, prépare le week-end des Etoiles sur le site du Fort l’Ecluse. Cet événement permet de divulguer différentes techniques et connaissances dans le domaine de l’astronomie en particulier.
Au programme de la manifestation qui se déroulera sur deux jours et une nuit, des démonstrations et activités (astronomie, radioamateurs, ateliers, expositions, conférences…) seront présentées par une quarantaine d’intervenants.
De nombreuses animations seront proposées tout au long du week-end, de jour comme de nuit, pour les petits comme pour les grands.

Tous les détails sur le site de Fort l’Ecluse.

– Dans les musées de Genève :

Une exposition sur les Arts de l’Antiquité au musée Barbier-Mueller jusqu’au 6 octobre, « Le lecteur à l’œuvre » à la Fondation Martin Bodmer jusqu’au 25 août, « Noirs d’encre » à la Fondation Baur (le musée des arts d’Extrême-Orient de Genève) jusqu’au 4 août, une exposition sur les Champignons jusqu’au 4 août et la Nuit des Chauve-Souris le 30 août au Muséum d’Histoire Naturelle, …

– Dans le cadre de la Saison Voltaire 2013 :

De nombreux événements au château de Voltaire (Ferney) : une exposition « Diderot et l’Encyclopédie » tout l’été (et même l’automne), une conférence ce lundi 8 juillet à 19h sur Diderot et Sophie Volland (qui devrait rappeler aux Premières leur sujet de bac blanc…), un concert « Musique à la cour au temps de Marie-Antoinette » le 26 juillet, et fin août les Universités d’été de Ferney-Voltaire, colloque rassemblant une trentaine de participants, chercheurs académiques ou écrivains, sur le thème « Dictionnaires et encyclopédies » qui sera clos par un Bal littéraire le 30 août !

Et bien d’autres événements… N’hésitez pas à proposer vos suggestions de sorties en commentaires.

La Religieuse au cinéma

header_la_religieuse2013 est l’année Diderot, nous en avons déjà parlé plusieurs fois sur ce blog, par exemple pour signaler à la Comédie de Ferney le spectacle La Maréchale et le Libertin (en avril 2013) et l’adaptation théâtrale de La Religieuse (en novembre 2013).

Mais le même roman de Diderot (célèbre, brûlant, controversé, moderne !) est adapté cette année au cinéma par Guillaume Nicloux avec Pauline Étienne, Louise Bourgoin, Isabelle Huppert… Sortie en salles le 20 mars.

XVIIIe siècle. Suzanne, 16 ans, est contrainte par sa famille à rentrer dans les ordres, alors qu’elle aspire à vivre dans « le monde ». Au couvent, elle est confrontée à l’arbitraire de la hiérarchie ecclésiastique : mères supérieures tour à tour bienveillantes, cruelles ou un peu trop aimantes… La passion et la force qui l’animent lui permettent de résister à la barbarie du couvent, poursuivant son unique but : lutter par tous les moyens pour retrouver sa liberté.

Je ne l’ai pas encore vu mais Zéro de conduite propose un site pédagogique pour accompagner sa sortie : http://www.zerodeconduite.net/lareligieuse

On peut d’ores et déjà y voir la bande-annonce, y lire un intéressant entretien du réalisateur avec des enseignants, et pour les professeurs y télécharger un dossier pédagogique.

Recommandé pour : Secondes (Genres et formes de l’argumentation : XVIIe et XVIIIe siècles), Premières (la question de l’homme dans les genres de l’argumentation, les réécritures)

Pour l’instant, il n’est prévu qu’à Carouge : quel dommage !

Actualisation : Le film est au programme du Festival des Cinq Continents ! Il sera donc projeté au Cinéma Voltaire (Ferney) le samedi 25 mai à 15h, suivi d’un échange avec Martin Barnier,professeur de cinéma à Lyon 2, et trois séances scolaires sont prévues :

Mardi 28 mai 09h00
Jeudi 30 mai 09h00
Vendredi 31 mai 09h00

Le printemps à la Comédie de Ferney

Plusieurs spectacles attirent notre attention ce printemps à la Comédie de Ferney

  278 On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve
Le 15 février à 20h30
Compagnie Tenseï
Prix des places: plein 12 €, membres 10 €, réduit 8 €
Interprétation: Rafael Samdja, Daz-Ini, Margaux Tatzberg, Kevin Bonvi, Bruno Dias
Chorégraphie: Rafael Smadja
Mise en scène: Imad Nefti
Musiciens live: Bruno Dias (guitare) Margaux Tatzberg (violon), Kevin Bonvin (basse)« On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » est la rencontre de l’Homme et du Temps.
Une rencontre bouleversante, une joie incomparable, un ennui (presque) mortel, une douleur démesurée… Voici ce à quoi l’Homme devra faire face. Assumer sa place dans un monde où le Temps devient le dictateur de nos actes et pensées.
Faut-il accepter ou refuser ce moule émotionnel ? […]
L’essentiel se trouve donc dans notre manière de l’appréhender, de l’apprivoiser, de le vivre, de composer avec lui, sans en être esclave. Notre rapport avec ce dernier est intime et pourtant universel. Notre époque nous force à constater que l’émotion, le sentiment et le ressenti ne sont plus une priorité pour l’Homme.
Cette création vient bouleverser les mœurs en mettant l’Être Humain et sa sensibilité au premier plan.

Spectacle proposé par la ville de Ferney-Voltaire en partenariat avec la Comédie de Ferney

273Noces
Du 21 au 23 février à 20h30
D’Albert Camus
Cie Thalie
Prix des places: 15 €, tarif réduit 10 €
Mise en scène : Olivier Broda
Avec : Annick Gambotti
Composition et improvisation musicale : Jean-Louis Deconfin
« Ce n’est pas si facile de devenir ce qu’on est, de retrouver sa mesure profonde »
Noces à TipasaL’œuvre et la pensée de Camus ont marqué le XXème siècle. 2013 célébrera le centenaire de la naissance d’un auteur essentiel. Nous avons donc choisi de faire entendre la parole d’un auteur rare à l’image de ces deux courts essais autobiographiques trop rarement entendus.Avec Noces et Retour à Tipasa respectivement, Albert Camus signe deux textes d’une sensuelle beauté en forme de célébration de la nature, de l’histoire et de la connaissance profonde de soi. […]
Dans ce texte lumineux, Camus y décrit de façon virtuose ses sentiments, sa joie bien sûr dans l’exaltation de la promenade à Tipasa mais aussi ses impressions et ses méditations sur la condition humaine et la recherche du bonheur.
Pour Camus, la conquête du bonheur exige que l’homme devienne ce qu’il est, remonte à « l’expérience originelle ». Pour être en accord avec le monde, il doit se libérer des contraintes physiques, morales et culturelles.
Cette œuvre de jeunesse confirme déjà ses dons d’écrivain qui contient en germe les thèmes majeurs de son œuvre : le soleil, la solitude, l’absurde destin des hommes.
[…] Mais la guerre mondiale passe et le paysage de Tipasa se couvre de barbelés.
Ayant pris conscience de l’absurdité de l’existence humaine, Camus refuse cependant de céder au désespoir et montre qu’il est possible de donner un sens à sa vie, en luttant pour les valeurs morales et intellectuelles essentielles.
L’idée de réunir ces deux textes écrits à quinze années d’intervalle fut une évidence autant que l’envie de mêler les mots charnels de Camus au son d’un piano sensible. A l’écoute de cette œuvre émouvante, nous souhaitions faire découvrir la richesse de la musique d’un homme libre exprimant passion, tendresse ou révolte avec une totale sincérité et traquant tout ce qui vibre et rayonne de lumière.
La musique sera donc le maître mot de notre travail.

276A portée de crachats
Les 15 et 16 mars à 20h30
de Taher Najib
Théâtre de Sartrouville et des Yvelines–CDN
Prix des places: 15 €, tarif réduit 10 €
Traduction de l’hébreu Jacqueline CarnaudDe Ramallah à Tel-Aviv en passant par Paris, Taher Najib raconte sur le ton de l’ironie douce-amère les tribulations d’un acteur palestinien sans cesse confronté à des images de lui-même qu’il récuse : celle du guerrier arabe avide de vengeance qu’il incarne sur scène, celle du djihadiste en puissance dans les aéroports internationaux, celle du terroriste potentiel dans son propre pays, Israël, où il n’est jamais perçu ni traité comme un citoyen de plein droit.Ce témoignage drôle et poignant sur les paradoxes de l’identité israélo-palestinienne ouvre une réflexion sur l’existence elle-même. A portée de crachat, à portée de tir, à un jet de pierre, à deux pas d’ici, deux peuples vivent sur un territoire divisé.Acteur et auteur palestinien de nationalité israélienne, Taher Najib a d’abord écrit cette pièce en hébreu, la langue de l’autre, qu’il adresse aux Israéliens, en signe de main tendue. A travers des scènes du quotidien, A portée de crachat révèle un personnage attachant et complexe, ballotté entre la grande histoire et son métier de comédien qui l’amène à traverser les frontières, à vivre d’un côté et de l’autre, sans être vraiment nulle part chez lui. Usant du détour par le rire, cette pièce en forme de monologue-récit interroge l’identité, sans dogmatisme.
Certains textes disent si bien la vie qu’ils évitent les idées reçues . Laurent Fréchuret a déniché une de ces perles , il a su lui donner une forme simple et efficace et un interprète exceptionnel qui porte le texte et crache dans le 1000 de la vie: grand, immense moment de théâtre
Durée 1h15

277La Maréchale et le Libertin
Du 10 au 21 avril
d’Alain Guyard d’après l’œuvre de Denis Diderot
Compagnie Théorème de Plank / Compagnie Thalie
Prix des places: 15 €, tarif réduit 12 €Du 10 au 21 avril à 20h30, le dimanche à 17h00, relâche les 12, 15 et 16 avril.

Dans son Entretien d’un philosophe avec la Maréchale de … si proche de l’écriture théâtrale paru en 1776, Diderot aborde la religion en philosophe décomplexé, ennemi des superstitions, défenseur libre de la Raison, face à un pieux faire-valoir incarné par une dévote d’un autre âge.
Deux siècles ont passé et sous la plume du philosophe Alain Guyard, la Maréchale a pris corps. Le quasi monologue d’origine cède la place à une authentique dispute philosophique. Naguère triomphant, le philosophe incarné par François Bourcier se voit remis en cause dans ses tendres utopies rousseauistes et d’honnête matérialiste. Devenue cynique, hédoniste, ambigüe, la Maréchale interprétée par Annick Gambotti transforme le libertinage en grand art, ironie, dissimulation sensuelle des âmes plus encore qu’offrande facile des corps.
D’elle, Alain Guyard et François Bourcier disent qu’elle a assez lu pour rire de la déesse Raison, et assez joui pour comprendre que tout visage dénué de masque est celui de la mort, et que le masque sans visage reste la dernière élégance de la vie.
Billets en vente à l’office de tourisme du Pays de Voltaire : 00 33 (0)4 50 28 09 16.
Spectacle proposé dans le cadre de la saison Voltaire, soutenue par la ville de Ferney-Voltaire, la communauté de communes du Pays de Gex, le département de l’Ain et la région Rhône-Alpes.
Durée: 1h15

280Le ravissement d’Adèle
Du 28 mai au 1er juin à 20h30, le 2 juin à 17h00
D’après Rémi De Vos
Atelier adultes de la Cie Thalie
Prix des places: 12 €, tarif réduit 8 €Une adolescente, Adèle, a disparu. Fugue, enlèvement, accident ?
Un avis de recherche est déposé dans les commerces du village, des battues sont organisées et un inspecteur est dépêché pour suivre l’affaire.
Très vite les rumeurs se mettent à enfler et les soupçons à semer la zizanie parmi les habitants. Tout devient soudain incroyablement suspect, bizarre, compliqué, y compris la façon de parler des uns et des autres.
Le Ravissement d’Adèle est une peinture féroce et drôle de la folie qui peut envahir un petit village, mettant en évidence, avec humour, les maux de notre société.
C’est surtout et aussi une pièce tendre qui dépeint la fragilité humaine quand les fêlures et les peurs de chacun prennent le pas sur la raison.

A travers ses personnages habilement et malicieusement croqués, c’est un spectacle qui parle à tous !
Rémi De Vos, auteur dramatique et scénariste, a écrit une quinzaine de pièces. Auréolé de plusieurs Molières il fait partie des grands noms du monde du théâtre.

Recommandés pour : Français (notamment La Maréchale et le Libertin, pour évoquer les Lumières, et Noces, pour la poésie ou pour accompagner toute étude de Camus), Histoire-géographie (notamment A portée de crachats), Philosophie (notamment On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve)

Saison Voltaire 2013

ImageJeudi 24 janvier au théâtre du Châtelard, le Maire de Ferney, François Meylan, et l’adjointe à la Culture, Géraldine Sacchi-Hassanein, ont présenté le programme et les orientations de la Saison Voltaire 2013.

Cette onzième saison Voltaire célébrera le tricentenaire de la naissance de Denis Diderot ainsi que le 250e anniversaire du célèbre Traité sur la Tolérance de Voltaire, autour d’un thème qui rappelle l’engagement et l’importance de la culture et des arts : … être utile aux hommes.

Trois spectacles-phares de la saison ont été présentés, trois créations autour de l’œuvre de Diderot dans les trois théâtres de Ferney :

La Maréchale et le libertin, en avril 2013 à la Comédie de Ferney.

Entretien d’un père avec ses enfants, en septembre-octobre 2013 au Châtelard.

Le neveu de Rameau, en décembre 2013 au théâtre Micromégas.

De nombreux autres événements auront lieu, concerts, conférences au château, universités d’été, bal littéraire… et bien sûr la Fête à Voltaire en juin.
Je suis également très intéressée par l’adaptation annoncée de La Religieuse, toujours de Diderot, en novembre 2013 à la Comédie de Ferney.

L’agenda de tous les événements de la saison peut être consulté sur cette page du site de la mairie.

Recommandé pour : les programmes de français (secondes et premières), de philosophie, d’ECJS.