De Voltaire à Fukushima

ImageLes lecteurs de Candide sont familiers du « désastre de Lisbonne », du poème qu’il a inspiré à Voltaire, des malheurs qu’il a engendrés pour Candide et Pangloss, et du doute que les humains les plus optimistes ne peuvent s’empêcher de ressentir face à un tel événement — ou à toute catastrophe naturelle, éruption volcanique, raz de marée.

Mais toutes les catastrophes ne sont pas « naturelles »…

Poème (sonore) sur le désastre de Lisbonne (et de Fukushima…)

Du 15 au 17 février 2013 au Châtelard (Ferney)
Textes d’après Poème sur le Désastre de Lisbonne de Voltaire et Ce n’est pas un Hasard de Ryoko Sekiguchi l

Lisbonne est abîmée et l’on danse à Paris

Tranquilles spectateurs, intrépides esprits,

De vos frères mourants contemplant le naufrage

Vous recherchez en paix la cause des orages

Que dire lorsqu’on est le tranquille spectateur d’un désastre? Rien ? Il y a pourtant le désir de penser ou de déjouer les pièges de la pensée. Il y a le texte de Voltaire, spectateur lointain du tremblement de terre de Lisbonne, en 1756. Texte critique. Il dénoue la nature voilée des choses et ce que nous y projetons d’intentionnalité désastreuse, punitive ou providentielle.

Il y a la chronique de Ryoko Sekiguchi. Japonaise, elle réside à Paris. Elle est spectatrice éloignée de la double catastrophe, naturelle et industrielle, de Fukushima. Elle piste la ténacité des discours autrefois démontés par Voltaire. Paroles vaines de spectateurs qui contemplant le naufrage recherchent en paix la cause des orages, paroles qui prétendent révéler le sens
caché des catastrophes. Ce n’est pas un hasard ! C’est le dessein vengeur d’une main invisible. God design. Le dernier cri.

Que peut dire le spectateur tranquille devant le désastre ? Entasser les mots sur les morts ? Non. Un poème pour désensevelir les images des images, pour désactiver les discours. Une tentative de pensée minimale. Un poème sonore pour une voix de comédien, une guitare, une bande électroacoustique. Presque silence + récitatif. Un thrène pour réfléchir.

Vendredi et samedi à 20h l Dimanche à 17h

Spectacle dès 15 ans

Plein tarif 20€ l Séniors et abonnés Saison Voltaire et Comédie de Genève 15€ l Étudiants et chômeurs 10€

Réservations : 04.50.28.26.40 l contact@fortheatre.fr

Recommandé pour : Secondes (les Lumières, l’argumentation) ; Premières (argumentation, question de l’homme) ; tous les amateurs de Voltaire ; tous ceux qui s’interrogent sur le Désastre de Fukushima (les éco-délégués ?)