Nouveau site et programme au Châtelard

ledroitduseigneurLe théâtre du Châtelard (Ferney) se dote d’un nouveau site web et y détaille sa programmation de septembre 2013 à mars 2014.

Comme annoncé, ce début de saison est sous le signe de la Femme avec de nombreux spectacles susceptibles d’intéresser nos lycéens et leurs professeurs :

  • Madame de la Pommeraye et Mme de La Carlière de Diderot (nous rappelons qu’il s’agit de l’année Diderot) suivi du Droit du Seigneur de Voltaire du 24 septembre au 6 octobre. Parfait pour aborder l’argumentation à l’époque des Lumières (français de seconde), la place de la femme dans la société (histoire, éducation civique, français de première). Les places sont à 7 euros pour les élèves.

EDIT : Le Châtelard nous annonce que pour tous les autres spectacles de la saison la place sera à 5€ pour tous les jeunes scolarisés dans un établissement du Pays de Gex, au lieu du tarif réduit à 10€ appliqué jusqu’alors.

  • Prolongement le 29 septembre avec une séance de cinémaLes Dames du Bois de Boulogne de Robert Bresson. Film inspiré de l’histoire de Mme de la Pommeraye dans Jacques le fataliste et son maître de Denis Diderot. Dialogues de Jean Cocteau. Avec Maria Casarès et Paul Bernard.
  • Toujours sur la condition de la femme, une programmation des plus internationales : Elles épluchent le monde, une lecture publique de textes de femmes écrivains, poétesses, philosophes du XXe siècle (Anna Politkovskaïa, Taslima Nasreen, Charlotte Delbo, Anna Akhmatova, Christa Wolf, Maria Tsvetaïeva, Hélène Cixous, Simone Weil…) les 30 novembre et 1er décembre ; pour l’Italie Récits de femmes de Dario Fo, du 6 au 8 décembre, textes inspirés par la lutte des Italiennes pour le droit au divorce et la légalisation de l’avortement ; pour l’Afrique Trop de diables sous leurs jupes du 13 au 15 décembre (« Six femmes, dont l’âge s’échelonne entre la soixantaine et l’adolescence, six façons de concevoir l’amour et les relations avec les hommes, à la fin six destins »)
  • En 2014, le Châtelard accompagnera la commémoration de la Première Guerre Mondiale, à laquelle s’attachent aussi cette année nos collègues d’histoire-géographie dans un grand projet. Déjà annoncé : De nos enfants, mon frère, allons pleurer la cendre en février mars

Informations pratiques et réservations : 23/29 rue de Meyrin – 01210 Ferney-Voltaire ; Réservations par téléphone du lundi au vendredi de 9h30 à 18h au +33 (0) 450 28 26 40 ou par mail : contact@fortheatre.fr

Lecture de Candide

Vous n’avez jamais lu Candide ? Pire : vous n’avez lu aucun conte philosophique de Voltaire ? Soyons honnêtes, voire politiquement incorrects : si vous êtes en première et passez votre bac de français dans quelques semaines, cela peut se révéler gênant. Surtout pour un élève du lycée… de Ferney-Voltaire ?

En cette période d’ardentes révisions du bac (on peut rêver), vous avez plus urgent à faire que vous lancer dans cette lecture ? Nous le comprenons bien. Rassurez-vous : la mairie de Ferney semble avoir pensé à vous puisque voici l’information qui me parvient :

Dimanche 26 mai à 16h00, la Caisse nationale des Monuments historiques vous invite à une Lecture de Candide par Etienne Luneau, au Château de Voltaire  (Ferney Voltaire)

Après avoir sillonné la France et le monde avec le spectacle « Candide » de la Compagnie Grand théâtre, Etienne Luneau, chanteur, comédien lira des extraits choisis du célèbre conte philosophique.  Entre farce, sérieux, finesse et fantaisie, le voyage initiatique de Candide lu par Etienne Luneau sera l’occasion de (re)découvrir le texte de Voltaire. Le château du patriarche sera l’écrin de ce moment de lecture à la portée de tous.

Informations pratiques : Renseignements au 04 50 40 53 21.
Tarif : droit d’entrée du monument (5€50)
Château de Voltaire, Allée du château, 01210 Ferney-Voltaire Tél. 04 50 40 53 21

Recommandé pour : élèves de Seconde (français : les genres de l’argumentation au XVIIe et XVIIIe siècles) ; élèves de Première en approche du bac…

Traité sur la Tolérance

affiche_V3_copieecd1b7

C’est sans doute l’un des textes les plus célèbres de Voltaire. La plupart de nos élèves en ont vaguement entendu parler : « Ah oui, l’affaire Calas ! » Mais je gage que peu l’ont lu.

Le Théâtre du Châtelard en propose une belle occasion en l’adaptant au théâtre.

Le Traité n’est pas un texte de théâtre, mais il n’est pas dénué de théâtralité, car le combat de Voltaire contre l’intolérance et la bêtise est à la fois féroce et joyeux, multiple et varié, faisant alterner philosophie, fausses lettres satiriques, prière à Dieu…

explique le Châtelard.

Informations pratiques : Deux représentations le samedi 11 mai à 20h et le dimanche 12 mai à 17h. Et comme il s’agit de la présentation d’un travail de fin de stage (pour comédiens professionnels), les représentations sont gratuites ! Il serait dommage de s’en priver. En général, à ces occasions, les comédiens sont heureux de discuter avec des lycéens après le spectacles.

Recommandé pour : tous ! En Seconde, dans le cadre de « Genres et formes de l’argumentation : XVIIe et XVIIIe siècles » (programme de français), en Première pour « La question de l’homme » (programme de français), voire en Terminale pour la philosophie… et pour nous tous qui travaillons dans la ville de Voltaire !

Complément : Vous pouvez lire le Traité sur la Tolérance sur Wikisource.

De Voltaire à Fukushima

ImageLes lecteurs de Candide sont familiers du « désastre de Lisbonne », du poème qu’il a inspiré à Voltaire, des malheurs qu’il a engendrés pour Candide et Pangloss, et du doute que les humains les plus optimistes ne peuvent s’empêcher de ressentir face à un tel événement — ou à toute catastrophe naturelle, éruption volcanique, raz de marée.

Mais toutes les catastrophes ne sont pas « naturelles »…

Poème (sonore) sur le désastre de Lisbonne (et de Fukushima…)

Du 15 au 17 février 2013 au Châtelard (Ferney)
Textes d’après Poème sur le Désastre de Lisbonne de Voltaire et Ce n’est pas un Hasard de Ryoko Sekiguchi l

Lisbonne est abîmée et l’on danse à Paris

Tranquilles spectateurs, intrépides esprits,

De vos frères mourants contemplant le naufrage

Vous recherchez en paix la cause des orages

Que dire lorsqu’on est le tranquille spectateur d’un désastre? Rien ? Il y a pourtant le désir de penser ou de déjouer les pièges de la pensée. Il y a le texte de Voltaire, spectateur lointain du tremblement de terre de Lisbonne, en 1756. Texte critique. Il dénoue la nature voilée des choses et ce que nous y projetons d’intentionnalité désastreuse, punitive ou providentielle.

Il y a la chronique de Ryoko Sekiguchi. Japonaise, elle réside à Paris. Elle est spectatrice éloignée de la double catastrophe, naturelle et industrielle, de Fukushima. Elle piste la ténacité des discours autrefois démontés par Voltaire. Paroles vaines de spectateurs qui contemplant le naufrage recherchent en paix la cause des orages, paroles qui prétendent révéler le sens
caché des catastrophes. Ce n’est pas un hasard ! C’est le dessein vengeur d’une main invisible. God design. Le dernier cri.

Que peut dire le spectateur tranquille devant le désastre ? Entasser les mots sur les morts ? Non. Un poème pour désensevelir les images des images, pour désactiver les discours. Une tentative de pensée minimale. Un poème sonore pour une voix de comédien, une guitare, une bande électroacoustique. Presque silence + récitatif. Un thrène pour réfléchir.

Vendredi et samedi à 20h l Dimanche à 17h

Spectacle dès 15 ans

Plein tarif 20€ l Séniors et abonnés Saison Voltaire et Comédie de Genève 15€ l Étudiants et chômeurs 10€

Réservations : 04.50.28.26.40 l contact@fortheatre.fr

Recommandé pour : Secondes (les Lumières, l’argumentation) ; Premières (argumentation, question de l’homme) ; tous les amateurs de Voltaire ; tous ceux qui s’interrogent sur le Désastre de Fukushima (les éco-délégués ?)